Cominar construira 1200 unités d'habitation sur le boulevard Laurier

Un des projets de Cominar sur le boulevard... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Un des projets de Cominar sur le boulevard Laurier, sur le terrain où logeait l'Auberge des Gouverneurs.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec ses deux nouveaux projets sur le boulevard Laurier, le Fonds de placement immobilier Cominar veut ajouter 1200 unités résidentielles sur cette artère qui aspire à devenir le centre-ville d'affaires de Québec dont l'activité humaine ne s'arrête pas avec l'heure de fermeture des commerces et des bureaux.

Le président et chef de la direction de... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Le président et chef de la direction de Cominar, Michel Dallaire

Le Soleil, Erick Labbé

Un hôtel pourrait également établir ses pénates dans l'une des quatre tours qui lèveront de terre, possiblement en 2016, sur l'emplacement où logeait jadis l'Auberge des Gouverneurs à la tête des ponts et à l'entrée de la ville de Québec.

«Avec la démolition de l'Auberge des Gouverneurs et du motel l'Abitation, il y a 500 chambres qui ont disparu du décor dans le voisinage. Nous avons été approchés par plusieurs bannières hôtelières qui aimeraient bien ouvrir un établissement à l'entrée de la ville», a indiqué le président et chef de la direction de Cominar, Michel Dallaire.

Conférencier invité, hier, de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, M. Dallaire a levé le voile - juste un peu! - sur ses projets immobiliers en cours sur le boulevard Laurier qui est devenu le carré de sable privilégié de Cominar dans la capitale. Sous l'impulsion de son fondateur, Jules Dallaire, Cominar y a construit tour à tour la Place de la Cité, la Tour Cominar et le Complexe Jules-Dallaire. Un terrain de jeu de plus de 1,8 million de pieds carrés.

Aux 160 condominiums de luxe déjà sur le marché dans le Complexe Jules-Dallaire - des penthouses se vendent à plus d'un million de dollars -, Cominar veut construire 1000 unités résidentielles sur l'emplacement de l'Auberge des Gouverneurs, au coin de la rue Lavigerie et du boulevard Laurier, et 200 autres sur celui du bar l'Ozone et du restaurant Le Batifol. Cominar s'est récemment porté acquéreur de ce terrain de 350 000 pieds carrés situé tout juste à côté du Complexe Jules-Dallaire.

«Il n'y aura pas seulement des condos de luxe, a assuré Michel Dallaire. Il y aura de tout. Nous envisageons même une section dans le projet de l'Auberge des Gouverneurs où il pourrait y avoir des immeubles locatifs», a-t-il mentionné au cours d'un point de presse. 

Actuellement, «entre 90 et 95» des 160 copropriétés de luxe situées dans les hauteurs du Complexe Jules-Dallaire ont trouvé preneurs. M. Dallaire fait remarquer qu'il y a un marché pour ce produit haut de gamme. «Personne ne va construire des unités qui resteront vides. Les développeurs, vous savez, sont toujours disciplinés. Ils s'ajustent à leur marché.»

Sur le projet de l'Auberge des Gouverneurs - qui sera deux fois et demie plus imposant (1,7 million de pieds carrés) que le Complexe Jules Dallaire -, Cominar collabore avec les fonctionnaires de la Ville de Québec. «Si nous et la Ville voulons aimer le projet, nous avons convenu qu'il fallait travailler ensemble.»

Un projet a déjà été présenté à la commission d'urbanisme. «On nous a demandé de revoir nos devoirs. Nous avons pris en note tout ce que l'on nous a demandé. Nous sommes à la veille de retourner devant la commission pour y présenter un projet bonifié», a expliqué Michel Dallaire en disant souhaiter en venir à une entente avec les autorités municipales d'ici à la fin de l'année.

Le coût du projet demeure confidentiel pour le moment. Idem pour celui de l'Ozone.

Le patron de Cominar a indiqué que le projet de l'Auberge des Gouverneurs comprendra quatre tours. Elles seront construites en quatre phases différentes.

Leur hauteur? Le zonage municipal permet 28 étages.

Les tours auront-elles 28 étages, comme le Complexe Jules-Dallaire? «Ce n'est pas encore déterminé. Il doit y avoir des échanges à ce sujet avec la Ville», a indiqué M. Dallaire en signalant que ça coûtait très cher de construire un immeuble en hauteur. Ce n'est pas pour rien que les condos du Complexe Jules-Dallaire ne se donnent pas pour une bouchée de pain!

Diversité

«Dans une tour, on trouvera des commerces, des espaces de bureau, un hôtel et des unités résidentielles. Dans une autre, il y aura des espaces à bureau et des condos. Dans une autre, il n'y aura que des unités résidentielles.»

Michel Dallaire ne peut s'avancer sur la date du début des travaux du projet de l'Auberge des Gouverneurs. Ça pourrait aller à la fin de 2015 ou au début de 2016.

Le chantier du projet voisin, celui du l'Ozone, va assurément se mettre en branle plus rapidement. Possiblement avant la fin de 2015. Deux tours vont lever de terre. Il y a un édifice administratif et un immeuble regroupant 200 appartements.

Michel Dallaire est passionné par ses projets sur le boulevard Laurier. Il a rappelé que le maire de Québec, Régis Labeaume, avait mis la «barre haute» en demandant à Cominar de construire un complexe immobilier «phare» à l'entrée de la capitale.

«C'est rare que quelqu'un, dans sa vie, va avoir la chance de marquer de son empreinte un centre-ville. C'est assez incroyable comme feeling et j'en suis parfaitement conscient. Et laissez-moi vous dire que vous serez surpris quand nous dévoilerons le projet. C'est d'ailleurs ce que nous a demandé M. Labeaume. De

surprendre.»

«Le Concorde, pas notre business!»

Non. Michel Dallaire ne fait pas partie des investisseurs mystérieux qui veulent acheter Le Concorde.

«Ce n'est pas notre business. Le Concorde, c'est un hôtel. Et nous, chez Cominar, nous ne sommes pas dans l'hôtellerie, mais dans les immeubles à bureaux, le secteur commercial et les bâtiments industriels. Nous nous concentrons sur ce que nous connaissons. Je ne veux pas commenter davantage ce dossier », a tenu à préciser le président et chef de la direction du Fonds de placement immobilier Cominar. 

Toronto, on arrive!

Plus important propriétaire immobilier au Québec, le Fonds de placement immobilier Cominar a réussi à multiplier par 25 ses revenus depuis son entrée à la Bourse de Toronto il y a 15 ans. Ils sont passés de 26 à 662,1 millions $ entre 1998 et 2013. Et dire que Cominar vient à peine de mettre les pieds dans la région métropolitaine de Toronto.

En février dernier, Cominar a réalisé ses premières emplettes de son histoire dans la Ville reine. Ça ne fait que commencer, a promis le président et chef de la direction, Michel Dallaire.

En effet, Cominar a récemment acquis, auprès du Fonds immobilier Redbourne, un porte-feuille de

 11 immeubles de bureaux, dont quatre dans la grande région de Toronto (780 000 pieds carrés), pour un prix d'achat de 228,8 millions $.

«Nous ne sommes pas encore un joueur du centre-ville de Toronto», a tenu à préciser M. Dallaire en marge, lundi, d'une conférence prononcée devant les membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec. «L'immobilier est trop cher au centre-ville. On rentre donc dans le marché torontois par sa périphérie. Comme nous l'avions fait, il y a quelques années, à Montréal. Nous nous disions aussi, à l'époque, que c'était trop cher l'immobilier dans la métropole», se souvient M. Dallaire en rappelant que l'acquisition du complexe Alexis Nihon (600 millions $), en 2007, avait permis à Cominar d'entrer au centre-ville de Montréal par la grande porte.

Depuis cette acquisition, l'entreprise de Québec a fait d'autres achats stratégiques importants - Overland Realty Limited, Canmarc (1,9 milliard $) et la société immobilière GE Canada, entre autres - qui lui ont permis de diversifier son portefeuille immobilier à travers le pays.

Cominar dispose aujourd'hui d'un actif dépassant les 6 milliards $ et possède plus de 513 immeubles au Québec, en Ontario, dans les provinces maritimes et en Alberta totalisant pas moins de 38 millions de pieds carrés.

De 68 employés en 1998, elle en compte maintenant 530 dont 160 à Québec.

À la Bourse de Toronto, le titre de Cominar (TSX : CUF. UN) valait lundi à la clôture 18,91 $, en hausse de 0,21 $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer