Stationnement sur Maguire: Québec veut un immeuble de quatre étages

Le président de la Société de développement commercial... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Le président de la Société de développement commercial Maguire, Francois Joyet, croit que le développement des 15 dernières années a créé un déséquilibre dans l'offre de stationnement.

Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le stationnement à ciel ouvert - et dernier terrain libre - de l'avenue Maguire pourrait bientôt faire place à un stationnement souterrain surmonté d'un immeuble de logements et de commerces. De quoi satisfaire les commerçants... et irriter certains résidents de Sillery.

La Ville de Québec projette de vendre par appel d'offres le terrain du stationnement situé entre la caserne de pompiers et le complexe Le Beaubourg. Elle aimerait y faire construire un bâtiment à rez-de-chaussée commercial et à trois étages de logements, qui profiterait d'un stationnement souterrain.

Mais avant, elle doit modifier le zonage du secteur, modification qui pourrait faire l'objet d'un référendum si les citoyens en décident ainsi.

Un projet de modification au Règlement sur l'urbanisme de l'arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge a déjà été adopté par le conseil d'arrondissement lors d'une séance extraordinaire tenue le 23 mai.

La présidente de l'arrondissement, Francine Lortie, précise que le projet de développement viendra régler les problèmes de stationnement sur l'avenue Maguire, «surtout aux heures de pointe». Il rehaussera aussi l'offre résidentielle et, du même coup, la clientèle des commerçants, plaide-t-elle.

Le nombre de cases de stationnement dépendra du type de logement (condos ou logements locatifs) construit par le promoteur ayant remporté l'appel d'offres public, note la conseillère du district Saint-Louis-Sillery. Chose certaine, le stationnement souterrain sera payant et il devra «améliorer la situation» actuelle. Le stationnement de l'avenue Maguire compte présentement 96 espaces.

Pour le moment, la priorité est la modification de zonage, rappelle Francine Lortie.

Prochaine étape: la consultation publique prévue mardi soir au conseil de quartier de Sillery. Le président de la Société de développement commercial (SDC) Maguire, François Joyet, y sera pour exposer la vision des gens d'affaires.

«Une signature urbaine»

En entrevue, M. Joyet avance que les commerçants de Maguire militent pour un projet de développement dont la densification se fera «en équilibre avec l'environnement». Ils préféraient que le projet mise sur du logement locatif, afin d'attirer des résidents pouvant «former une vie de quartier urbaine et multigénérationnelle».

«La dernière chose que la SDC Maguire veut voir arriver sur le stationnement, c'est un autre promoteur avec sa valise pis ses grosses bottines, que tout ce qu'il veut faire, c'est une passe de cash. Ça, on n'est plus capables, on en a assez vu dans le secteur», lance le propriétaire de Traditionnel Bagel Maguire, en faisant allusion aux promoteurs qui ont acquis les terres conventuelles de Sillery pour, dit-il, revendre ensuite des propriétés à gros prix.

Lorsque les commerçants ont eu vent des visées de la Ville sur le terrain du stationnement, «on a dit: "un instant, on veut s'assurer que c'est fait comme il le faut", parce que cette fois-ci, c'est le dernier grand terrain qui reste sur Maguire. On veut pas se réveiller avec un fiasco», exprime François Joyet. «Pour nous, c'est un projet phare, structurant, qui vient donner une signature urbaine», énumère le président de la SDC.

Les commerçants souhaitent enfin que la Ville exige du futur promoteur un stationnement souterrain à trois étages, pour bien combler les besoins en stationnement de longue durée.

M. Joyet croit que le développement des 15 dernières années a créé un déséquilibre dans l'offre de stationnement. «Le problème, c'est qu'avec au-delà de 1000 employés sur la rue, les gens qui sont là pour travailler toute la journée n'ont plus de stationnement. Les résidants ont obtenu gain de cause pour que les rues avoisinantes soient toutes du 60 ou 120 minutes, donc il n'y a pas de stationnement de longue durée», expose l'homme d'affaires.

«Notre position est que le terrain du stationnement est un peu un héritage des gens d'affaires de l'avenue Maguire. [...] Juste à regarder le compte de taxes qu'on paye, il y a pas personne qui va s'obstiner qu'on l'a payé, ce stationnement-là», ajoute M. Joyet.

*****

Le projet suscite déjà de la grogne

Le projet de densification du stationnement de l'avenue Maguire n'a pas même été présenté aux citoyens de Sillery qu'il suscite déjà de la grogne.

Certains résidents de l'avenue Oak, dont les résidences font dos au stationnement à ciel ouvert, pensent faire du porte-à-porte pour informer le plus de gens possible en vue de la consultation publique de mardi soir.

La citoyenne Lucie Bigué accuse l'administration Labeaume de «prendre des décisions très vite sur des séances extraordinaires pour accommoder sa clientèle votante [des gens d'affaires] pour les prochaines élections». L'ancienne conseillère municipale à l'époque où Sillery était une ville croit que les résidents du secteur n'auront jamais le réflexe de se garer dans un stationnement souterrain payant pour faire leurs emplettes. Elle craint que le nouveau stationnement déverse les automobilistes dans les rues avoisinantes.

Le conseil de quartier de Sillery n'a pas encore pris position sur le projet, mais des «préoccupations» ont émergé depuis la présentation qui lui a été faite, a indiqué au Soleil la présidente Christiane Trudel.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer