Les diplômés du secondaire désavantagés sur le marché du travail

Les nouveaux employés ne possédant pas d'éducation postsecondaire... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les nouveaux employés ne possédant pas d'éducation postsecondaire auront donc de la difficulté à améliorer leur sort au sein de l'entreprise. Quarante et un pour cent des employeurs ont avoué qu'il était peu probable qu'ils accordent une promotion à un employé qui n'a pas de diplôme collégial ou universitaire.

Photothèque Le Soleil

Partager

Sur le même thème

Laurie Richard

(Québec) Près de 4 employeurs canadiens sur 10 embauchent maintenant des diplômés collégiaux et universitaires pour des emplois qui nécessitaient auparavant un niveau de compétences moins élevé.

C'est ce que révèle une étude de CareerBuilder, un des principaux sites Web d'emploi au pays, réalisée en ligne par la firme Harris Interactive, en novembre dernier, auprès de plus de 400 gestionnaires d'embauche et professionnels des ressources humaines canadiens.

Le président de CareerBuilder en Amérique du Nord, Brent Rasmussen, attribue cette tendance en partie «à la compétition féroce du marché du travail qui force les diplômés collégiaux et universitaires à accepter des emplois moins spécialisés».

Il croit aussi que cela indique que les entreprises «ont beaucoup plus d'attentes en matière de rendement et qu'elles veulent accroître leur productivité globale, la qualité de leurs produits et leur chiffre d'affaires».

Employeurs exigeants

Les employeurs sont de plus en plus exigeants. Le quart d'entre eux affirment avoir revu à la hausse leurs exigences scolaires au cours des cinq dernières années, selon le sondage.

Quelque 76 % des employeurs ayant embauché des titulaires de diplômes collégial ou universitaire plutôt que ceux du secondaire ont noté une meilleure qualité du travail. Quarante-cinq pour cent soulignent une augmentation de la productivité, 23 % ont remarqué une hausse des profits et 17 % parlent d'une plus grande fidélisation de la clientèle.

Les nouveaux employés ne possédant pas d'éducation postsecondaire auront donc de la difficulté à améliorer leur sort au sein de l'entreprise. Quarante et un pour cent des employeurs ont avoué qu'il était peu probable qu'ils accordent une promotion à un employé qui n'a pas de diplôme collégial ou universitaire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer