La réputation financière des jeunes en jeu

La pression est forte. À entendre l'écho répercuté...

Agrandir

La pression est forte. À entendre l'écho répercuté par les financiers, il faut se faire de la bile: les jeunes seraient des cancres en économie.

Partager

(Québec) Vous souvenez-vous de la dernière fois où vous vous êtes assis avec vos enfants pour leur enseigner le b.a.-ba budgétaire?

À moins qu'au cours d'une journée d'illumination économique, vous ayez pris la peine d'expliquer pourquoi le super-jean-à-la-mode est trop cher en faisant le parallèle avec la facture d'épicerie qui, stimulée par l'inflation et la spéculation, engraisse sans complexes en dévorant les avoirs familiaux! Il serait peut-être temps de vous y atteler parce que fiston gère probablement mal ses maigres avoirs, accumule les dettes avec son cellulaire et disposera bientôt d'une «généreuse» carte de crédit! Sa réputation financière est en jeu.

Le ministère de l'Éducation avait éliminé le cours d'économie du secondaire en 2009, après l'avoir imposé pendant plus de 25 ans. Il faut croire que la décision n'était pas opportune, puisque les fonctionnaires préparent sa réintroduction.

Le nouveau cours pourrait cependant n'être offert qu'en option en cinquième secondaire, à moins que la nouvelle équipe gouvernementale péquiste ne décide de l'imposer à tous les étudiants. Le Ministère ne veut cependant pas trop s'avancer sur la date du retour annoncé. «Il n'y a pas d'échéancier pour le moment», laisse tomber la responsable des relations avec la presse, Esther Chouinard.

Éducation financière

La pression est forte. À entendre l'écho répercuté par les financiers, il faut se faire de la bile: les jeunes seraient des cancres en la matière. Les comptables généraux accrédités s'en attristent: «Il faut absolument offrir des programmes d'éducation financière de la maternelle à la 12e année», réclament-ils dans une prise de position publiée en 2012.

L'année précédente, l'Institut canadien des comptables agréés s'inquiétait aussi. Selon un sondage réalisé auprès de quelque 1200 jeunes de 16 ans à 22 ans, seulement un tiers des répondants estimaient que leurs parents avaient très bien réussi à les initier aux questions financières.

Jusqu'à l'Organisation de coopération et de développement économiques qui s'émotionne. Dès 2005, elle militait pour l'éducation financière dans les établissements scolaires. Dans quelques semaines, elle publiera le fruit de ses réflexions, L'éducation financière dans les écoles: défis, études de cas et orientation politique, un mode d'emploi de 120 pages pour les élus.

Nombre d'autres résidants du monde de la haute finance internationale ont joint leur voix au concert, dont l'Asia-Pacific Economic Cooperation. Plus près, à Ottawa, le fédéral avait mis sur pied un comité sur la «littératie financière» qui a recommandé, entre autres, que le réseau de l'éducation fournisse une formation de base. Le président de BMO Nesbitt Burns, Jacques Ménard, siégeait sur ce comité; il se fait porte-étendard pour réclamer le retour des cours d'économie dans les écoles du Québec.

Incompétence?

Les jeunes sont-ils si incompétents lorsqu'il est question d'argent? L'Agence de la consommation en matière financière du Canada, une organisation gouvernementale, relève à tout le moins qu'ils ne sont pas en bonne santé pécuniaire. «Environ 6 sur 10 ont des dettes, le tiers a une dette de 10 000 $ ou plus», indique l'agente des relations avec les médias, Julie Hauser, citant les résultats d'un sondage réalisé auprès des 18 ans à 29 ans. «Cinquante pour cent des jeunes sont à la limite ou ont dépassé leur taux d'endettement maximal, ce qu'ils sont capables de payer.»

Une minorité, plus ou moins 20 %, ont suivi une formation traitant de finances personnelles, souligne-t-elle également. Ils sont ainsi peu nombreux à surveiller leurs avoirs : «Une des choses clés, c'est d'avoir un budget, de savoir combien d'argent on gagne et combien on dépense.»

«C'est très important qu'il y ait un cours formel d'éducation financière à l'école», abonde le directeur de l'éducation financière de l'Autorité des marchés financiers (AMF), Camille Beaudoin. Au moins, l'établissement scolaire pourra susciter un intérêt, inscrire des notions de base dans la caboche des jeunes.

Un cours ne remplacera toutefois pas les parents. Encore faudrait-il que papa et maman sachent de quoi ils parlent! Combien sont en mesure de bien expliquer tous les produits financiers qu'ils utilisent? «Quand on ne comprend pas un produit financier, on ne devrait pas l'acheter», balance Camille Beaudoin. «Oui, il y a des produits de plus en plus compliqués, mais ce n'est pas pour tout le monde.»

Les jeunes ne sont pas plus «illettrés» de la finance que leurs aïeuls, remarque le sociologue. Et ils expriment un désir certain d'y voir plus clair. Dans l'espoir d'illuminer les générations montantes, l'AMF subventionne donc plusieurs initiatives éducatives. Il semble qu'il n'est jamais trop tôt pour propager la bonne parole; des outils sont offerts aux enseignants du primaire. Les adolescents préféreront le site tesaffaires.com.

L'encadrement

L'important, enchaîne la directrice de l'Union des consommateurs, France Latreille, c'est de ne pas être barbant lorsqu'on cause finances avec les jeunes. Franchement, à 16 ans, les subtilités du prêt personnel, bof! Mieux vaut leur apprendre à ignorer les roucoulades insistantes des prêteurs. Et leur montrer où ils pourront obtenir de l'information impartiale lorsque ce sera nécessaire.

Mme Latreille pense toutefois que la bonne volonté des parents, des profs et des jeunes ne suffira pas. Nos élus ne doivent pas se décharger de leur responsabilité d'imposer la clarification des offres, la simplification des produits financiers. «C'est beau, la "littératie" financière, mais il ne faut pas mettre de côté l'encadrement, la législation, pour protéger les intérêts, les droits, des consommateurs.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer