Des clubs de golf menacés de fermeture au Québec

Si le golf demeure encore très populaire auprès...

Agrandir

Si le golf demeure encore très populaire auprès des baby-boomers et des retraités, il séduit de moins en moins de jeunes adeptes pour qui la fidélité est loin d'être une marque de commerce.

Partager

Sur le même thème

Pierre Couture
Le Soleil

(Québec) Des dizaines de terrains de golf pourraient disparaître du paysage au cours des prochaines années au Québec alors que plusieurs clubs se trouvent actuellement dans une situation financière précaire.

«L'industrie du golf est en pleine consolidation et forcément le nombre de terrains va diminuer», croit le directeur général de l'Association des directeurs généraux des clubs de golf du Québec, Michel Lafrenière.

Selon celui-ci, plusieurs clubs peinent à atteindre le seuil de rentabilité par les temps qui courent en raison du bouleversement que vit l'industrie depuis quelques années.

Car si le golf demeure encore très populaire auprès des baby-boomers et des retraités, il séduit de moins en moins de jeunes adeptes pour qui la fidélité est loin d'être une marque de commerce.

«Certains clubs ont toutes les misères du monde à recruter de nouveaux membres. On est loin de l'époque des longues listes d'attente», fait valoir la directrice générale de l'Association des terrains de golf du Québec (ATGQ), France A. Martin.

Chemin faisant, plusieurs clubs privés ont décidé d'ouvrir leurs portes à des non-membres. On offre des droits de jeux sous forme de livrets (5, 10 ou encore 15 parties) ou encore on abaisse fortement le coût d'un abonnement annuel pour séduire les golfeurs.

D'autres clubs privés ne laissent d'ailleurs plus partir leurs membres-actionnaires sans que ces derniers aient trouvé un remplaçant, causant de sérieux maux de tête aux gestionnaires qui ne savent plus quoi faire pour attirer de nouveaux clients.

Une étude menée il y a huit ans par la Chaire de tourisme de l'UQAM pour le compte de l'ATGQ avait d'ailleurs dévoilé que seulement la moitié des clubs de golf au Québec étaient rentables.

D'après Mme Martin, le portrait 2012 de l'industrie du golf au Québec n'aurait guère évolué depuis 2004. «Les revenus des clubs stagnent d'année en année alors que les dépenses continuent de grimper», dit-elle.

Il y aurait ainsi bon an, mal an un million de golfeurs de tout acabit au Québec qui joueraient en moyenne 8,7 millions de rondes. Résultat : des revenus de près de 400 millions $ pour l'ensemble des 364 exploitants de terrains de golf en province.

L'organisation de tournois de golf, en forte baisse un peu partout au Québec, pourrait également expliquer une baisse importante des revenus des clubs ces dernières années. «Moins de tournois, c'est forcément moins d'argent à la fin de la saison. Et pour certains clubs, c'est la différence entre la rentabilité et un déficit», rappelle M. Lafrenière.

Trop de terrains

L'industrie du golf reconnaît elle-même être à la croisée des chemins au Québec. «Il va se passer quelque chose. Il y a beaucoup trop de terrains pour le nombre de joueurs actuellement», constate Mme Martin.

Des données fournies par la Nationale Golf Foundation soutiennent qu'un parcours de 18 trous répond à un marché d'au minimum de 25 000 habitants. Au Québec, il y aurait un terrain de golf pour environ 22 000 habitants.

Ces dernières années, plusieurs terrains de golf ont d'ailleurs été acquis par des promoteurs immobiliers attirés davantage par les pieds carrés que pour l'amour du jeu.

C'est notamment le cas à Val-Bélair, où sur un ancien terrain de golf de neuf trous, un promoteur immobilier prévoit construire 170 maisons de ville avec un plan de reboisement.

Dans la région de Montréal, les clubs de golf en zone urbaine font aussi l'objet d'une attention particulière en raison de la rareté des terrains.

Il y a deux ans, un promoteur n'a pas hésité à mettre le paquet pour acquérir le terrain de neuf trous Challenger situé dans l'arrondissement Saint-Laurent, où plus de 1000 unités d'habitation sont en cours de construction.

Dans la région de la Chaudière-Appalaches, le terrain de golf Le Grand Héron situé à Saint-Benjamin a finalement trouvé preneur après plusieurs années en vente. Les 14 actionnaires du club, la plupart à la retraite, demandaient 1,2 million $ pour leur terrain de 18 trous.

Le nouveau propriétaire, un Montréalais d'origine vietnamienne spécialisé dans le secteur immobilier, dit être tombé amoureux avec le terrain de Saint-Benjamin. Pour l'heure, rien n'indique toutefois que le terrain de golf de 5,5 millions de pieds carrés changera de vocation.

Situation de la région de Québec

Pour renflouer leurs coffres dégarnis et payer leurs dettes, de plus en plus de clubs de golf font appel à la générosité de leurs membres pour s'en sortir. C'est le cas du club Le Montmorency de Beauport qui vient d'exiger à ses membres-actionnaires une contribution obligatoire de 600 $.

«Il faut redresser nos finances, et nous allons réussir, puisque nous avons un plan précis», souligne le président du conseil d'administration du club, André Lefrançois.

D'après celui-ci, le club Le Montmorency a accumulé au cours des dernières années des dettes de 150 000 $. Or, la situation financière du Montmorency n'aurait toutefois rien à voir avec celle du Club de golf du Lac St-Joseph, dont la dette accumulée avoisine le million de dollars.

«Une situation pour le moins inconfortable», soutient le directeur général de l'Association des directeurs généraux de clubs de golf du Québec, Michel Lafrenière.

Le Club du Lac St-Joseph dit avoir un élaboré un plan d'affaires précis pour corriger cette situation financière précaire. Une campagne de financement est en marche. Le but : recueillir 1,5 million $ par des prêts et des dons.

Jeudi, personne de la direction du Club du Lac St-Joseph n'était disponible pour commenter le dossier.

Partager

À lire aussi

  • Le golf en mode séduction

    Actualité économique

    Le golf en mode séduction

    Deux départs pour le prix d'un, des forfaits illimités tout l'été à 400 $ après 16h, un droit de jeu à moitié prix après 14h, 500 $ de services remis... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer