Agents de sécurité: grève massive sur deux jours

Les 4 et 9 février, à moins d'un... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les 4 et 9 février, à moins d'un revirement dans les négociations, les agents de grandes firmes de sécurité, telles Garda et Securitas, seront tous en grève.

Photothèque Le Soleil

Partager

(Québec) Hôpitaux, palais de justice, édifices gouvernementaux et centres commerciaux de Québec seront tous dépourvus d'agents de sécurité les 4 et 9 février, menace le syndicat des Métallos représentant 14 000 agents privés.

Exaspéré par l'impasse dans les négociations avec l'association patronale, le syndicat des Métallos affilié à la FTQ n'hésitera pas à perturber le fonctionnement de plusieurs immeubles et institutions de la capitale.

À moins d'un revirement dans les négociations, les agents de grandes firmes de sécurité, telles Garda et Securitas, seront tous en grève le 4 février. «On ne veut pas négocier un conflit de travail, on veut une convention collective. Mais l'association patronale tourne en rond depuis bien longtemps, et on veut mettre la pression nécessaire», lance le représentant syndicat Stéphane Néron.

Contrairement aux policiers, les agents de sécurité privés n'ont pas à respecter un niveau de service essentiel. Les 14 000 agents de sécurité - soit la majorité des agents privés de la province - pourront donc exercer leur droit de grève tous en même temps, laissant au personnel-cadre le soin d'assurer la sécurité des immeubles.

En contrepartie, le syndicat des Métallos donne un préavis de trois semaines à la partie patronale, au lieu de la période de 48 heures exigée par la loi.

Tâches connexes

La question des tâches connexes est notamment au coeur de l'impasse. «On nous demande de changer des luminaires, laver des planchers, passer la souffleuse. Les pires exemples, on les a vus dans les hôpitaux. On demandait à des agents de sécurité de changer les couches de personnes. On a même poussé l'odieux à demander des agents de nettoyer des corps de personnes décédés. Ça, pour nous, c'est inacceptable», soutient Stéphane Néron.

Les agents privés aimeraient également travailler en paires dans certains cas. «On veut le pairage d'agents dans les lieux isolés. On a eu le décès d'un agent de sécurité il y a trois ans à la mine Coleraine en Beauce. Pour nous, le pairage d'agents, c'est une solution dans les endroits isolés.»

Quatre journées de négociation sont prévues d'ici le déclenchement de la grève. Les conditions de travail de tous les agents de sécurité au Québec sont régies par un décret gouvernemental. Celui-ci se base sur les éléments négociés entre les agents membres des Métallos et l'association patronale représentant les principaux employeurs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer