Les redevances minières, un dossier important pour la FTQ en 2013

Le président de la FTQ, Michel Arsenault... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

Le président de la FTQ, Michel Arsenault

Photo: Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Partager

Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Montréal

Les redevances minières constitueront un dossier déterminant pour le développement économique du Québec en 2013 et la FTQ propose l'idée d'exiger des redevances moindres aux compagnies minières qui s'engageraient à faire au Québec une deuxième et troisième transformations.

Le gouvernement du Québec s'apprête justement à revoir le système de redevances minières pour que les Québécois touchent davantage de revenus de l'exploitation de leurs mines.

Jusqu'ici, plusieurs groupes ont suggéré différents systèmes de redevances, basés sur les profits des mines, la valeur de la ressource exploitée, les «surprofits» (des profits dépassant un certain seuil) ou un modèle hybride.

Dans leur message de début d'année, jeudi, le président et le secrétaire général de la FTQ, Michel Arsenault et Daniel Boyer, ont dit souhaiter que le gouvernement du Québec en profite pour articuler une politique de développement minier qui se tienne.

«Le nouveau gouvernement du Parti québécois appelle ça le développement nordique au lieu du Plan Nord, a dit M. Boyer. On était favorable au développement du Nord québécois, parce qu'il y a énormément de richesses naturelles. On a toujours dit qu'il fallait que ça se fasse à trois conditions: dans le respect des populations, dans le respect de l'environnement et avec des justes redevances. Et les justes redevances incluent des bonnes jobs de deuxième et troisième transformations. Ce qu'on sentait avec le Parti libéral, c'était une grande campagne de pub autour du Plan Nord. On savait où était le Nord, mais on cherchait toujours le Plan. On souhaite que dorénavant, il y ait un plan de développement pour le Nord.»

M. Arsenault a aussi exprimé sa préoccupation de voir de plus en plus d'entreprises asiatiques faire l'acquisition de minières québécoises ou d'y accroître leur participation. Plus tôt cette semaine, un consortium asiatique s'est porté acquéreur de 15 pour cent d'Arcelor Mittal Canada pour 1,1 milliard $.

«Ce qui est inquiétant encore plus, c'est de voir l'économie asiatique venir s'emparer d'une partie de nos mines», a déploré M. Arsenault, qui vient lui-même du syndicat des Métallos.

En Colombie-Britannique, «il y a une mine de charbon qui va s'ouvrir sur l'île de Vancouver où un des critères pour travailler à la mine, c'est qu'il faut parler mandarin. Ça, c'est fort inquiétant. Il faut que les richesses naturelles du Québec soient exploitées par des Québécois. Il faut que ce soit des Québécois et des Québécoises qui travaillent; ce sont de bons salaires», a plaidé le président de la plus grande centrale syndicale du Québec.

Régimes de retraite

La FTQ s'attend également à voir le dossier des régimes de retraite resurgir dans l'actualité, alors que le rapport D'Amours sur le régime public des rentes doit être dévoilé ce printemps.

La plus grande centrale syndicale en fait un cheval de bataille depuis deux ans, demandant à ce que soit bonifié le Régime des rentes du Québec, pour assurer une retraite décente à tous.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer