Legault veut forcer Marceau à rouvrir son budget

François Legault exigera l'inclusion dans le budget 2013-2014... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

François Legault exigera l'inclusion dans le budget 2013-2014 de mesures pouvant motiver les entreprises à investir davantage au Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) François Legault veut convaincre le ministre des Finances Nicolas Marceau de rouvrir son budget 2013-2014. Bras de fer politique en vue.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) soumettra formellement en début d'année prochaine une série de propositions visant, dit-il, la «relance économique» du Québec.

Il exigera l'inclusion dans le budget 2013-2014 de mesures pouvant motiver les entreprises à investir davantage au Québec.

«On ne peut pas continuer à enregistrer une croissance économique inférieure à celle des autres États en Amérique du Nord. Il va falloir un nouveau budget au début de 2013 pour changer la dynamique et pour vraiment accélérer sur les investissements privés», a déclaré François Legault au Soleil, lundi. Il veut à tout le moins que le budget Marceau, qui court sur 15 mois, soit «révisé».

Son parti évalue à quelque 4 milliards $ par année la valeur des différents crédits d'impôt distribués aux entreprises. «Là-dessus, illustre le chef caquiste, il y a 2 milliards $ qui pourraient être abolis et être utilisés - au cas par cas - par Investissement Québec pour susciter des investissements.» Par Investissement Québec ou par la future Banque de développement économique du Québec, précise-t-il.

«Actuellement, c'est du mur à mur», dénonce-t-il. Gérés par le ministère des Finances, «ces crédits d'impôt sont distribués à tout le monde. Pas vraiment à ceux qui investissent au Québec pour, par exemple, améliorer la productivité de leur entreprise».

«C'est bien beau de parler du Plan Nord, j'en suis. Mais il faut beaucoup plus d'investissements privés à Québec, à Trois-Rivières, à Montréal.»

Le chef caquiste plaide l'urgence d'agir : «L'écart de richesse entre le Québec et les autres provinces et les États américains va en s'accroissant. Au Québec, la croissance économique sera inférieure à 1 % cette année. La plupart des autres États en Amérique du Nord seront autour de 2 %.»

Il fait valoir l'importance de l'enjeu, sa face cachée : «Il faudra renverser la tendance si on veut être capables de se payer les mêmes programmes sociaux.»

Les propositions de François Legault à Nicolas Marceau porteront aussi sur l'«innovation». «Autant on est bons dans nos universités, autant on est mauvais en ce qui a trait à l'innovation dans nos entreprises - quand on regarde en pourcentage du PIB.»

Diagnostic partagé

Le gouvernement Marois estime aussi que «l'investissement privé est la clé de la croissance future». Lui aussi déplore que les entreprises privées n'investissent pas suffisamment.

L'an dernier, la part des investissements privés au Québec par rapport au PIB s'est établie à 8,8 %, alors qu'elle a été de 11,7 % au Canada.

Si le diagnostic est partagé, le remède ne l'est pas. François Legault ne croit pas en l'efficacité d'une mesure comme le congé fiscal de 10 ans pour les projets d'investissement d'au moins 300 millions $, contenue dans le budget 2013-2014. «On ne peut pas juste allumer des lampions et espérer que le privé fasse plus d'investissements», dit-il.

Il compte revenir à la charge en janvier.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer