Les pires erreurs des dirigeants d'entreprise québécoise

Nathaly Riverin... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Nathaly Riverin

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partager

Sur le même thème

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Le Soleil

(Québec) S'ils ont la bosse des affaires, les dirigeants d'entreprise québécoise ont encore des croûtes à manger en matière de gestion de leurs ressources humaines.

C'est ce qui ressort d'un sondage effectué par l'École d'entrepreneurship de Beauce (EEB) auprès d'une centaine de chefs d'entreprise. L'enquête visait à déterminer les pires erreurs qu'ils ont commises au cours de leur carrière.

La pire des pires erreurs commises par les patrons: garder à l'emploi des employés qui affichent une attitude négative.

«C'est difficile de mettre à la porte quelqu'un qui montre une mauvaise attitude», reconnaît Nathaly Riverin, directrice générale de l'EEB. «Les employeurs s'attachent à leurs salariés. Ils sont souvent trop bons avec eux. Un employeur va vouloir accorder toutes les chances à un employé qui ne démontre pas une bonne attitude de faire amende honorable parce qu'il le trouve compétent. C'est comme si l'attitude au travail n'était pas un critère important. Or, on n'a pas idée des dommages qu'un tel comportement peut causer au sein d'une organisation.»

Gestion des ressources humaines

Nathaly Riverin fait remarquer que parmi les 10 pires erreurs identifiées par les chefs d'entreprise, près de la moitié sont en lien avec la gestion des ressources humaines.

«Bien que plusieurs d'entre eux possèdent de solides habilités personnelles pour gérer des individus, les dirigeants de PME ne sont pas des spécialistes des ressources humaines. Ils sont d'abord et avant tout des experts dans leur domaine. Leur principal défi est d'amener leurs employés à partager leur vision. Parmi leurs erreurs les plus fréquentes, ils mentionnent qu'ils laissent souvent trop de latitude à leurs employés. C'est vrai. Ils ne veulent pas trop les contrôler. Ça les rend mal à l'aise de le faire. Or, si un patron n'oriente pas clairement les gens et s'il n'assure pas le suivi ou le contrôle nécessaire, il risque d'en récolter des résultats qui ne sont pas toujours positifs.»

Selon la directrice générale de l'école de formation des entrepreneurs de Saint-Georges, les patrons ont raison de dire qu'ils vont souvent trop vite en affaires lorsque vient le temps de recruter un nouvel employé.

«Ils sentent le besoin d'agir rapidement. Ils constatent que leurs employés sont essoufflés et qu'ils ont besoin de renfort. Malgré tout, ils doivent prendre le temps de choisir la bonne personne, celle qui partagera les valeurs de l'entreprise. Ils ne doivent se fier qu'à leur première impression et prendre le temps de creuser pour connaître à fond les candidats sur les rangs.»

Nathaly Riverin estime que l'exercice de recruter la perle rare est d'autant essentiel aujourd'hui que les talents se font de plus en plus rares en raison de la rareté de main-d'oeuvre.

Les 10 pires erreurs

1 - Garder trop longtemps des personnes ayant une attitude négative

2 - Ne pas se dissocier émotivement des hauts et des bas de l'entreprise

3 - Ne pas asseoir les bonnes personnes sur les bonnes chaises

4 - Penser que l'on communique clairement

5 - Ne jamais dire non à un client

6 - Laisser trop de latitude aux gens

7 - Mal connaître ou mal gérer ses finances

8 - Embaucher trop vite

9 - Mal connaître son marché

10 - Mal gérer ses ventes

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer