Chantier Davie: un nouvel acheteur rejeté porte plainte

Si une enquête donne raison à Michel Juneau-Katsuya,... (Le Soleil)

Agrandir

Si une enquête donne raison à Michel Juneau-Katsuya, il n'hésitera pas à faire appel aux tribunaux pour faire invalider la vente.

Le Soleil

Partager

David Rémillard
Le Soleil

(Québec) Un autre soumissionnaire rejeté pour l'achat du chantier maritime Davie a porté plainte à la Sûreté du Québec (SQ), mercredi. Le plaignant, Michel Juneau-Katsuya, prétend que les responsables de la vente du chantier, appartenant alors au groupe ontarien Upper Lakes, ont usé de trafic d'influence au cours du processus d'achat.

Joint vendredi par Le Soleil, M. Juneau-Katsuya a confirmé qu'il avait porté plainte mercredi. Si une enquête doit lui donner raison, celui-ci n'hésitera pas à faire usage des tribunaux afin d'invalider la vente complétée avec Zafiro Marine. «Il n'y aura pas de demi-mesures», a-t-il prévenu.

Il n'hésiterait pas non plus à poursuivre les partis responsables. Non seulement il s'attaquerait à Upper Lakes et à Zafiro Marine, mais aussi au gouvernement du Québec, qui, par l'intermédiaire d'Investissement Québec, avait un droit de veto sur le futur acquéreur du chantier maritime, détenant une débenture convertible de 35 millions $ sur le chantier. Rappelons que la vente du chantier a été menée par le Groupe Upper Lakes et la firme PricewaterhouseCoopers (PwC).

Michel Juneau-Katsuya avait déjà fait part au Soleil de ses inquiétudes par rapport au processus de vente du chantier Davie. Il qualifiait alors la transaction «de bâclée et mal menée» et avançait qu'il y avait eu «des préjudices graves dans cette affaire». Des allégations aussitôt niées par Upper Lakes.

Joint hier en soirée, Pierre Bélanger, conseiller principal au cabinet de relations publiques National, représentant de Zafiro Marine, a lui aussi nié. «On n'a rien à voir là-dedans. Zafiro Marine n'a rien à se reprocher.»

Pour sa part, le président du syndicat des travailleurs de la Davie, Paul-André Brulotte, n'a pas voulu répondre aux questions du Soleil.

Seconde plainte

Michel Juneau-Katsuya est le deuxième soumissionnaire rejeté à porter plainte à la SQ.

Il y a deux semaines, Ronald Carré, propriétaire de Marine Industries Plus, avait lui aussi réclamé une enquête policière sur la transaction.

Celui-ci s'était présenté au palais de justice de Québec le 19 novembre dernier avec une demande d'injonction. Il souhaitait alors faire annuler la conférence de presse qui devait sceller la vente à Zafiro Marine plus tard en après-midi. Sa requête avait toutefois été rejetée du revers de la main et la vente officialisée par les représentants de Zafiro, accompagnés de la ministre du Développement économique, Élaine Zakaïb.

Ronald Carré a donné son soutien à M.Juneau-Katsuya. «Je suis très content qu'il ait entrepris des démarches.» Ce dernier n'a toujours pas eu de nouvelles de la SQ concernant sa plainte.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer