Le ciné-parc de Saint-Nicolas vendu à un promoteur immobilier

Le promoteur Immostar a payé 4 millions $... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le promoteur Immostar a payé 4 millions $ à Cineplex Divertissement pour le terrain du Ciné-parc de la Colline, d'une superficie d'environ un million de pieds carrés. Le président veut y construire 500 habitations abordables à partir de 2014.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Immostar vient de faire l'acquisition du ciné-parc de Saint-Nicolas. Les amoureux et les familles pourront y voir des films en plein air pour un dernier été, mais la construction d'immeubles de logements pouvant aller jusqu'à six étages débutera en 2014.

La transaction avec Cineplex Divertissement, propriétaire du vaste champ, a été conclue il y a deux semaines. Immostar a payé 4 millions $ pour ce terrain d'environ un million de pieds carrés situé à l'angle de la route Marie-Victorin et de la rue Claude-Jutra .

Son président, André Pelchat, travaille déjà sur les plans du futur quartier, où il entend faire pousser 500 habitations «abordables». Il parle d'un mélange de copropriétés (condos) et de logements locatifs de «moyenne et haute densité». Le nouveau zonage, inclus dans le règlement sur le plan d'urbanisme adopté en décembre 2011, permet à peu près tous les types de résidences, jusqu'à un maximum de six étages. La Ville de Lévis doit toutefois donner son approbation.

«Projet vert»

«C'est un projet qui va se faire sur quatre ou cinq ans», a précisé M. Pelchat au Soleil. L'été prochain, le ciné-parc projettera ses derniers films. La construction se fera par phases à partir de 2014.

Le grand patron d'Immostar dit plancher sur «un projet vert, un projet nature, auquel va s'identifier la population». Il veut obtenir une certification écologique LEED pour les bâtiments, comme cela a été fait pour les immeubles de bureaux de Place de l'Escarpement, qu'il a construits à l'angle de l'autoroute Robert-Bourassa et du boulevard Lebourgneuf. Il aimerait également intégrer des bâtiments communautaires.

Christian Brière, porte-parole de la Ville de Lévis, confirme que «depuis plusieurs années il y a un besoin clairement identifié de bâtiments communautaires» dans ce secteur. Il est notamment question de déménager la bibliothèque Anne-Marie-Filteau et d'y greffer des locaux pour différents organismes. La zone du ciné-parc, «ça fait partie des options qu'on a, mais ce n'est pas la seule», dit-il.

Propice au développement

L'an dernier, les citoyens de Saint-Nicolas ont fortement combattu le développement résidentiel Roc-Pointe, planifié du côté nord de Marie-Victorin. À la suite d'un référendum, le changement de zonage devant permettre la densification a été abandonné. Les citoyens avaient alors désigné le terrain du ciné-parc comme un lieu plus propice au développement, puisque déjà déboisé. Et contrairement au secteur nord, il n'y a pas de résidences unifamiliales à proximité.

Laurence Moreau, porte-parole du comité de citoyens ayant livré la bataille, voit mal comment se porter à la défense d'un vaste stationnement. Son groupe travaille plutôt pour la conservation de la prucheraie et des vieux chênes sur les terrains de Roc-Pointe. Il plaide également pour un réaménagement routier, puisque le secteur est déjà achalandé.

Marc Vaillancourt, le promoteur derrière Roc-Pointe, est d'accord avec les citoyens sur ce dernier point. Il ne voit «que des bonnes choses» dans l'arrivée d'Immostar, car cela forcera le ministère des Transports à concrétiser les améliorations projetées sur Marie-Victorin. Un nouveau feu de circulation doit notamment faire son apparition au coin de Claude-Jutra.

M. Vaillancourt croit que les premières rues de Roc-Pointe seront ouvertes et les premiers terrains mis en vente au début de 2013. Il est en pourparlers avec la Ville de Lévis ainsi que les ministères de l'Environnement et des Transports pour les dernières autorisations.

Pour les amateurs de cinéma, c'est une page d'histoire qui se tournera bientôt, puisque le Ciné-parc de la Colline, un nom qui lui vient de la forte dénivellation de la rue Claude-Jutra, est le dernier en activité dans la région de Québec. À l'échelle du Québec, il en reste à peine huit. Le plus proche sera à Drummondville.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer