Exclusif

Tourisme Québec sévira contre les lieux d'hébergement illégaux

Le problème de l'hébergement illégal concerne le Québec... (Le Soleil, Jocelyn Bernier)

Agrandir

Le problème de l'hébergement illégal concerne le Québec dans son ensemble. Il affecte particulièrement des secteurs comme le Vieux-Québec.

Le Soleil, Jocelyn Bernier

Partager

(Québec) Tourisme Québec est à la chasse aux lieux d'hébergement illégaux. En 18 mois, il a identifié 1328 lieux d'hébergement touristique contrevenant d'une façon ou d'une autre aux règles établies, tant provinciales que municipales. De ce nombre, malgré les avis et pressions, 351ne se conforment toujours pas aux prescriptions légales.

Devant cet état de fait, le gouvernement du Québec a décidé de sévir : les récalcitrants qui persistent dans leur refus seront poursuivis devant les tribunaux, assure le ministre québécois du Tourisme, Pascal Bérubé, en entrevue au Soleil. Ce sera une première.

Tourisme Québec a élaboré une procédure visant à transmettre les dossiers des «exploitants illégaux» au Directeur des poursuites criminelles et pénales. Elle sera activée, dit le ministre.

Pascal Bérubé indique que l'hébergement illégal est un «vrai problème» pour les touristes, qui ne bénéficient d'aucune garantie, en plus d'être un vecteur de «concurrence déloyale» pour les hôteliers, les propriétaires de gîtes et tous ceux qui possèdent une attestation de la Corporation de l'industrie touristique du Québec. L'élu rappelle que ceux qui suivent les règles paient des taxes liées à leurs activités.

Lorsqu'il était porte-parole de l'opposition en matière de tourisme, Pascal Bérubé avait dénoncé l'«inaction» du gouvernement précédent dans ce domaine. Aujourd'hui, il estime que ses critiques ont porté, que Tourisme Québec n'est pas resté les bras croisés au cours des 18 derniers mois.

351 récalcitrants

Le document transmis au Soleil fait état de 1328 «actes de dépistage et suivis de dénonciation» effectués entre le 1er avril 2011 et le 31 octobre dernier par des équipes de Tourisme Québec.

De ce nombre, 977 exploitants se sont depuis, et au fur et à mesure, conformés aux dispositions de la Loi sur les établissements d'hébergement touristique. Ils paient désormais leur dû aux autorités concernées, ainsi qu'à l'Agence du revenu.

Quelque 350 récalcitrants exploitent toujours un lieu d'hébergement sans attestation, précise le document - toujours dans cet échantillon «des 1328».

Dans l'opposition, Pascal Bérubé s'était étonné que la ministre du Tourisme du gouvernement de Jean Charest, Nicole Ménard, ait confessé qu'aucune amende n'avait été remise depuis 12 ans aux récalcitrants.

Le problème de l'hébergement illégal concerne le Québec dans son ensemble. Il affecte particulièrement des secteurs comme le Vieux-Québec.

De plus en plus en lien avec l'Agence du revenu, Tourisme Québec a décidé de systématiser ses «actions de dépistage» pour mieux contrer cette source d'évasion fiscale, et contribuer à sa mesure au renflouement des coffres de l'État. Il n'y a pas de petites économies, ni de petites rentrées d'argent, dit-on.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer