Grève des étudiants: des employeurs sur le qui-vive

Au Village Vacances Valcartier, l'heure n'est pas encore... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Au Village Vacances Valcartier, l'heure n'est pas encore à la panique même si l'entreprise doit trouver 450 étudiants pour occuper tous les emplois indispensables au bon roulement des activités.

Photothèque Le Soleil

(Québec) Denis Savard suit l'affrontement entre les étudiants et le gouvernement sur la question des droits de scolarité. Même si la région de Québec est peu touchée par la mobilisation étudiante - la grève n'affecte aucun cégep et à peine 4800 des 44 000 étudiants de l'Université Laval -, le patron du centre de vacances pour personnes handicapées a hâte que le conflit se règle.

Jusqu'à maintenant, il a réussi à recruter 80 % des 110 étudiants dont il a besoin pour assurer les services offerts aux 750 personnes handicapées qui séjournent à Lac-Beauport chaque été. Il devrait dénicher les dernières ressources sans trop de difficulté. Ce qui le tracasse, par contre, c'est le temps supplémentaire que devront faire les étudiants pour reprendre le temps perdu. «S'ils parviennent à compléter leurs cours d'ici à la fin mai, nous devrions nous en sortir.»

Cité Joie recevra les premiers vacanciers vers le 20 juin. Préalablement, deux fins de semaine de formation sont prévues pour le personnel. M. Savard explique que Cité Joie - qui célèbre son 50e anniversaire cette année - n'est pas un camp comme les autres. Compte tenu de sa clientèle, il doit assurer un taux d'encadrement qui peut atteindre jusqu'à un moniteur pour trois vacanciers. Et souvent, le moniteur doit posséder une formation spécifique, notamment en intervention en loisirs ou en soins infirmiers.

«Si l'un de ces champs d'études est touché par la grève et que les cours doivent être repris plus tard au printemps, ça pourrait être problématique. On ne voudrait pas être obligé de demander aux familles de reporter à plus tard le séjour des vacanciers parce que nous n'avons pas les ressources pour les recevoir.»

Au Village Vacances Valcartier, l'heure n'est pas encore à la panique, affirme la directrice des ressources humaines, Sophie Cadorette. Le mandat de cette dernière n'est pas de tout repos. Chaque été, elle doit trouver 450 étudiants pour occuper tous les emplois indispensables au bon roulement des activités. Une journée de recrutement est d'ailleurs prévue le 21 avril entre 9h et 14h. Bon an, mal an, Sophie Cadorette parvient à relever le défi.

«C'est évident que si le conflit devait perdurer, ça pourrait nous faire mal. La disponibilité de certains jeunes pourrait être retardée», estime Mme Cadorette. Advenant que le mouvement de grève s'amplifie et que les cours soient repris plus tard au printemps, Village Vacances Valcartier se verrait alors forcé à faire appel à plus d'élèves des écoles secondaires.

Des McDonald's épargnés

Propriétaire de cinq restaurants McDonald's à Beauport et à Sainte-Anne-de-Beaupré, Guy Dionne affirme, pour sa part, que ses commerces ne sont pas affectés par les risques d'une prolongation de l'année scolaire.

«À court terme, je ne vois pas de problème. Les horaires souples que nous offrons à nos employés nous permettent de nous adapter à toutes les situations», explique M. Dionne, en précisant que la présence des étudiants était particulièrement importante au cours des mois de juillet et d'août pour permettre aux employés réguliers de prendre leurs vacances.

Au sein de son organisation, Guy Dionne compte sur 300 employés, dont 70 % sont à temps partiel. De ce nombre, les étudiants sont légion. «Le recrutement, c'est notre défi quotidien. Pas seulement l'été, mais tout au long de l'année», raconte-t-il au Soleil en soulignant la tenue, aujourd'hui, dans tous les restaurants McDonald's, de la Journée nationale de l'embauche. M. Dionne dit ne jamais manquer de candidats pour les emplois à temps partiel. C'est plus difficile, par contre, dans le cas des emplois à temps plein.

«Il y a le plein emploi et les gens ont l'embarras du choix. Nous arrivons à tirer notre épingle du jeu en offrant à nos jeunes employés des horaires flexibles qui correspondent à leurs besoins.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer