Bachand redoute les conséquences du budget Flaherty

Le ministre des Finances Raymond Bachand indique que... (La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

Le ministre des Finances Raymond Bachand indique que le budget fédéral ne bouscule pas, à court terme, les chiffres du récent budget provincial.

La Presse, Robert Skinner

(Québec) S'il épargne le Québec pour le moment, le budget Flaherty vient toutefois confirmer des décisions qui «font mal» à moyen terme, estime le ministre Raymond Bachand. Rien dans l'exercice de jeudi ne vient bousculer les colonnes de chiffres du dernier budget Bachand. Mais la confirmation que les transferts fédéraux seront plafonnés dans les prochaines années, une décision unilatérale d'Ottawa, n'a rien pour réjouir le gouvernement Charest. Surtout qu'elle surviendra à un moment où le trésor fédéral prévoit être en surplus.

«C'est un budget qui, sur le court terme, ne semble pas nous handicaper, mais sur le moyen terme, il vient confirmer des décisions qui font mal au Québec», a commenté le ministre Bachand.

La coupe de 19 000 emplois dans la fonction publique aura un «impact important» à Ottawa, et aussi sur la région de l'Outaouais. «Il va falloir surveiller cela de très près, a noté M. Bachand. Il y a lieu d'être inquiet sur la façon dont ils vont faire ces coupures de dépenses.»

Le Québec devra aussi s'assurer que des compensations lui seront versées pour les aînés qui basculeront vers l'aide sociale à défaut de toucher leur prestation de sécurité de vieillesse avant 67 ans.

M. Bachand confesse une «incompréhension totale» devant des passages du budget qui parlent d'une commission des valeurs mobilières unique au pays. La Cour suprême a déjà statué sur l'inconstitutionnalité du projet du gouvernement Harper.

Selon M. Bachand, l'abolition du sou noir n'aura pas un «impact fondamental» sur l'économie canadienne, mais la mesure fera l'affaire du commun des mortels.

Le déficit zéro salué

Le ministre des Finances du Québec «salue» le travail fait pour atteindre le déficit zéro, les investissements faits dans le capital de risque, la formation de la main-d'oeuvre et les autochtones. Il est aussi d'accord pour simplifier le processus d'évaluation environnementale pour certains projets, dans la mesure où ce n'est pas «pour escamoter la qualité de l'évaluation».

Il faut être prudent avec les coupes à Radio-Canada, croit le ministre. «Sûrement que n'importe quelle société peut faire des efforts de productivité, mais il faut pas toucher au fond de ce qui est très proche de notre culture», a souligné M. Bachand.

Au Parti québécois, Nicolas Marceau, porte-parole en matière de Finances, parle de l'exercice comme du «budget de l'abolition de la cenne noire». Il insiste sur la réduction de financement du ministère fédéral de la Sécurité publique. La construction de nouvelles prisons sera donc à la charge entière des provinces, déplore M. Marceau.

Il ne pousse pas de soupir de soulagement par rapport aux compressions budgétaires, moins grandes que certains pouvaient croire. «On prépare le public, puis on annonce des coupes moins importantes, remarque-t-il. C'est une stratégie usée depuis longtemps.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer