Immobilier en Floride: mise en garde contre les attentes irréalistes

(Québec) La crise immobilière a beau avoir frappé durement la Floride, ça ne signifie pas pour autant que les Québécois désireux d'acheter un immeuble dans cet État ensoleillé vont nécessairement pouvoir s'en procurer un pour une bouchée de pain.

«Oui, le prix des condos a diminué depuis quatre ans, mais il y a des Canadiens qui pensent acheter un condo de 500 000 $ pour 100 000 $ et ils sont fâchés quand ils voient que ce n'est pas possible. Il y a une très mauvaise perception de la part de certains», explique Yves Beauchamp, courtier immobilier depuis 20 ans et propriétaire du journal Le Soleil de la Floride.

La réalité...

«La réalité, c'est qu'en 2011, le prix du marché est celui de 2003. Certains pensent toutefois payer le prix de 1999. C'est vrai que les immeubles se liquident à 50 % de leur valeur, mais on parle de 50 % de la valeur qu'ils avaient en 2005 ou 2006, au plus fort de la bulle immobilière, pas 50 % du prix affiché présentement.»

«Je vous donne un exemple. Un condo qui se vendait 70 000 $ à Dania Beach en 1999 avait vu son prix grimper autour de 230 000 $ en 2006. On peut maintenant l'acheter pour environ 130 000 $», enchaîne-t-il, ajoutant que les ache­teurs internationaux, incluant les Canadiens, ont dépensé 3,5 milliards $ dans l'immobilier en Floride durant l'année qui vient de prendre fin. Il souligne également que les banques ont décidé de ralentir le rythme de revente des propriétés saisies. «Les banques ont mis la pédale douce, elles ont ralenti la mise en marché des propriétés saisies, ce qui a amené une diminution de l'abondance. Les prix ont donc augmenté légèrement dans certains beaux quartiers», indique M. Beauchamp.

Les touristes et les personnes intéressées par la location profiteraient aussi de conditions avantageuses, selon M. Beauchamp. «Dans les petits motels, c'est le mê­me prix qu'il y a 20 ans, souvent moins cher. Pour louer un espace avec deux chambres à coucher, il en coûtait 2000 $ par mois en 1990. Certains ont de la misère à avoir ça aujourd'hui. Le fait qu'il y en ait de plus en plus qui deviennent propriétaires a retiré plusieurs clients du marché de la location.»

Malgré la compétition d'autres destinations soleil comme Cuba ou la République dominicaine, Yves Beauchamp souligne que le nombre de touristes canadiens en Floride ne cesse d'augmenter cha­que année. «Selon des chiffres très con­servateurs, il y aurait eu 2,7 millions de Canadiens en Floride en 2009 et 3 millions en 2010. Si on tient comp­te du fait qu'ils restent en moyenne 21 jours, le nombre de nuits qu'ils passent à l'hôtel peut représenter plus de 2 milliards de dollars de retombées.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer