Lundi noir: «Les politiciens américains ont joué avec le feu»

Depuis son sommet de 14 270 points atteint... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Depuis son sommet de 14 270 points atteint en avril 2011, le TSX a perdu 18 %, soit tout le gain réalisé au cours de la dernière année.

La Presse Canadienne

Pierre Couture
Le Soleil

(Québec) La classe politique américaine n'a qu'elle à blâmer pour cette crise de confiance des investisseurs envers les marchés financiers.

«Les politiciens américains ont joué avec le feu et ils se sont brûlés, malheureusement», soutient l'économiste de la Banque Laurentienne Sébastien Lavoie.

Selon ce dernier, les représentants démocrates et républicains ont décidé de jouer une dangereuse partie de bras de fer sur le relèvement du plafond de la dette, minant au passage le moral des investisseurs envers leur économie. «C'est le début d'un temps nouveau. C'est la première fois de l'histoire que nous assistons à la décote d'une économie de référence dans le monde financier», a ajouté l'économiste de la Banque Laurentienne.

À la Financière Banque Nationale, l'économiste principal Stéfane Marion croit que les élus des États-Unis devront démontrer au reste du monde qu'ils sont capables de régler leurs problèmes de dette une fois pour toutes. «Ce n'est pas un problème de solvabilité, mais bien de crédibilité de la classe politique américaine», a-t-il indiqué.

Hausse des impôts

M. Marion dit déplorer l'absence d'un plan visant à éliminer le déficit du pays et à s'attaquer à la dette. «Les investisseurs sont inquiets parce qu'ils ne voient pas une volonté réelle de réduire l'endettement et d'assainir les finances publiques aux États-Unis.»

Mais voilà, un plan d'austérité sans précédent aux États-Unis pourrait faire replonger l'économie américaine en récession.

M. Marion estime à environ 1 % du produit intérieur brut (PIB) la valeur des compressions qui pourraient être menées au sein de l'économie américaine l'an prochain.

Plusieurs analystes sont d'avis que les États-Unis devront tôt ou tard se résoudre à augmenter les impôts de leurs citoyens les plus riches et à augmenter les taxes pour arriver à boucler leur budget annuel. Lundi, le président Barack Obama a réaffirmé que la réduction des déficits ne pouvait passer par la seule baisse des dépenses publiques.

Commission bipartisane

Une commission bipartisane du Congrès, dont la création est prévue prochainement, devra faire état d'ici la fin novembre de ses recommandations. Le but : baisser les dépenses publiques des États-Unis de 1500 milliards $US d'ici 10 ans.

Le président Obama a estimé lundi que les problèmes des États-Unis pouvaient être «très rapidement résolus», mais que l'entêtement politique au Congrès avait rendu très difficile tout compromis.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer