Les affaires express

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Environnement économique de Québec: un comité pour analyser les irritants

La ville de Québec vient de mettre sur pied un groupe de travail chargé d'analyser l'environnement économique des entreprises sur son territoire autant sur les aspects fiscaux que le cadre règlementaire. Composé de bénévoles du monde des affaires et de la finance, le comité sera présidé par Jean St-Gelais, président du conseil et chef de la direction de La Capitale mutuelle et La Capitale Groupe financier. Le groupe composé de Louis Bertrand, ancien dirigeant d'IA Groupe financier, de Pierre Dolbec, de Dolbec Internation, de Mme Olga Framan, associée et directrice du bureau de Québec Norton Rose Fullbright et de Mme Esther Gaulin, comptable qui a fait carrière chez Ernst & Young, déposera son rapport d'analyse à l'hiver 2018.

«Le secteur économique va bien et nous voulons voir ce que nous pouvons faire pour maintenir et pour améliorer les performances économiques des entreprises», a rappelé le maire Régis Labeaume. Pour lui, il faut voir les nouvelles mesures pour favoriser l'activité commerciale et atténuer les irritants. Il n'est pas question de gel des taxes, mais d'ajustement dans les irritants fiscaux des permis et de la réglementation en citant en exemple les exigences de la ville pour des stationnements souterrains pour les nouveaux immeubles. Le comité aura accès aux plaintes des gens d'affaires documentées par la fonction publique municipale. Il n'y aura pas d'audiences publiques, mais des groupes seront convoqués pour exprimer leurs doléances ou leurs solutions.  Yves Therrien

***

Le fédéral déjà dans le rouge de 21,8 milliards $

Une hausse de 21,7 milliards $ des dépenses pour les programmes fédéraux est presque entièrement responsable du déficit budgétaire prévu pour l'exercice financier 2016-2017, selon une analyse préliminaire des comptes du gouvernement fédéral. Ottawa aurait enregistré un déficit de 21,8 milliards $ pour l'exercice financier qui s'est terminé à la fin mars. Ces nouvelles données correspondent essentiellement à la projection effectuée par les libéraux.  La Presse canadienne

***

Des honneurs pour Ubisoft

L'entreprise de jeux vidéo Ubisoft a raflé les honneurs du premier Gala de la Chambre Économique Canada-Europe à Québec. Elle a remporté jeudi soir devant la société GSK le Prix d'excellence Grande entreprise qui récompensait la compagnie ayant réalisé un développement des affaires important dans l'axe Canada-Union européenne. Ubisoft compte à travers le pays 4000 employés, dont 450 dans les bureaux de Saint-Roch. «UBISOFT fête cette année ses 20 ans d'existence au Canada. Cela ne pouvait pas mieux tomber», affirme Nicolas Rioux, directeur général d'Ubisoft Québec. L'entreprise française avait ouvert son premier bureau à Montréal. Le prix d'Excellence PME, moins de 250 travailleurs, a été remporté par SiliCycle, qui se spécialise dans la commercialisation de gels de silice et d'outils de recherche utilisés entre autres dans l'industrie pharmaceutique. Les finalistes dans cette catégorie étaient Synerglace et Phytronix. Un Prix d'excellence a également été remis à l'ancien joueur des Nordiques Marian Stastny.  Jean-Michel Genois Gagnon

***

Départ payant pour l'ex-chef de la direction de Ford

L'ex-chef de la direction de Ford, Mark Fields, quitte le constructeur automobile avec une rémunération d'environ 51,1 millions $US en espèces, primes en actions et prestations de retraite. M. Fields, âgé de 56 ans, a pris sa retraite plus tôt cette semaine après avoir occupé pendant trois ans le poste de chef de la direction chez Ford. Le constructeur automobile a affiché des profits records pendant cette période, mais le cours de son action a chuté de près de 40 pour cent en raison des inquiétudes liées à l'avenir de l'entreprise. La firme d'évaluation de rémunération de dirigeants Equilar a calculé la valeur de la rémunération de M. Fields pour l'Associated Press.

M. Fields pourra obtenir des primes en actions d'environ 22,1 millions $US ainsi que des prestations de retraite estimées à 17,5 millions $US. Il pourrait aussi être admissible à une prime de 3,6 millions $US, mais il devra y renoncer s'il accepte un emploi chez un concurrent. M. Fields détient pour 7,9 millions $US d'options d'achat d'actions, mais ses autres options d'achat d'actions n'ont pas de valeur parce que le cours du titre de Ford est actuellement trop faible.  AP




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer