Les affaires express

Servlinks communications en plein essor (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Salon du livre de Montréal

Arts

Salon du livre de Montréal

Tout savoir sur le 31e Salon du livre de Montréal. »

(Québec) Servlinks communications en plein essor

Servlinks communications, dont le siège social est situé à Rivière-du-Loup, investira plus de 1 million $ dans des projets d'agrandissement qui lui permettront d'ajouter un nouveau département de création graphique et de nouveaux services. Bien connu dans l'univers local des communications et du marketing graphique depuis plus de 20 ans, Guillaume Asselin se joint à l'équipe de 44 employés. Avec ces projets d'expansion, Servlinks créera cinq nouveaux emplois. L'entreprise invite d'ailleurs les professionnels du Web et des communications graphiques à poser leur candidature. Servlinks communications possède des bureaux à Montréal, Québec, Montmagny, La Pocatière, Rimouski et Matane, en plus de celui de Rivière-du-Loup. Johanne Fournier (collaboration spéciale)

***

Trois autres entreprises aidées par la Ville de Québec

La Ville de Québec apporte de l'eau au moulin de trois jeunes entreprises locales dans le cadre de sa politique de développement économique. Distillerie Québec, une microbrasserie spécialisée dans la production artisanale de spiritueux qui se prépare à commercialiser un gin et une vodka, reçoit une aide de 50 000 $ pour la réalisation de son projet de 230 000 $. Proposant des parcours hédonistes guidés dans la capitale, Celeb Événements veut continuer d'épater ses clients. La jeune pousse mise sur un projet de 72 000 $. La Ville de Québec lui verse une aide financière de 35 000 $. Enfin, Julien Mbony et Jules Kamanzi, les deux hommes derrière Swipecity, reçoivent une bourse entrepreneuriale d'une valeur de 25 000 $ pour la commercialisation de leur application permettant aux visiteurs d'interagir avec des attraits touristiques. Un projet frisant les 155 000 $.  Gilbert Leduc

***

Québec et Chaudière-Appalaches: près de 96,5 M$ investis par le Fonds régional de solidarité FTQ depuis 20 ans

Après 20 ans d'activité, les Fonds régionaux de solidarité (FRS) FTQ ont investi près de 96,5 millions $ dans les entreprises des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches.

La semaine dernière, des responsables du Fonds, notamment Gaétan Morin, président et chef de la direction du Fonds de solidarité FTQ, et Luc Pinard, président-directeur général des FRS, se sont réunis à Lévis pour dresser le bilan des deux dernières décennies, depuis la naissance de l'organisme en 1996. 

Pour la région de Québec, les FRS ont injecté 60 millions $ dans 85 dossiers, que ce soit pour appuyer la relève d'entreprise ou pour des projets immobiliers, d'expansion ou d'ouverture de compagnie. Les investissements ont permis la création ou le maintien de 4100 emplois. 

Quant à la région de la Chaudière-Appalaches, 60 dossiers y ont été soutenus grâce à des investissements totaux de 36,5 millions $. Selon la direction du Fonds, ce sont 2300 emplois qui ont été créés, maintenus ou sauvegardés sur ce territoire.

«Les 16 bureaux des Fonds régionaux de solidarité FTQ partout au Québec témoignent de notre volonté d'être près des entrepreneurs et des acteurs économiques. Cette présence permet notamment d'encourager l'innovation au sein des petites entreprises pour qu'elles deviennent les chefs de file de l'économie de demain», indique par voie de communiqué M. Morin. Au total, les Fonds régionaux ont investi 635 millions $ à travers la province dans 1040 projets.    

Les FRS, qui possèdent entre autres des bureaux à Québec et à Lévis, offrent du financement allant de 100 000 $ à 3 millions $ aux entreprises régionales. Franck Leclerc et sa conjointe Caroline Pouliot ont notamment fait appel au Fonds au cours des dernières années pour réaliser leur rêve.

«En 2011, le Fonds nous a aidés pour faire l'acquisition d'Auvents W. Lecours, qui emploie une cinquantaine d'employés, et, en 2015, de Métal Potvin, qui compte une vingtaine de travailleurs», note au bout du fil M. Leclerc, qui oeuvrait dans un tout autre domaine d'affaires, celui du meuble, avant de devenir son propre patron. 

L'homme d'affaires ne cache pas que sans l'aide financière des FRS, il n'aurait pas été en mesure d'acquérir les compagnies. «Depuis l'achat, les deux entreprises sont en progression, notre chiffre d'affaires grimpe de 5 à 10 % par année. On espère engager encore plus de monde», conclut-il.  Jean-Michel Genois Gagnon

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer