Couillard ravive l'espoir d'un pont à Tadoussac

Quelques manifestants ont voulu faire valoir leur appui... (collaboration spéciale Steeve Paradis)

Agrandir

Quelques manifestants ont voulu faire valoir leur appui au projet de pont sur le Saguenay. Le premier ministre ne les a pas rencontrés, mais il a entendu leurs doléances avec la possible création d'un bureau de projet sur le pont.

collaboration spéciale Steeve Paradis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) À force d'en entendre parler lors de son passage à Baie-Comeau, le premier ministre Philippe Couillard a peut-être rêvé à un pont sur le Saguenay. Quoi qu'il en soit, il a affirmé jeudi matin envisager la création d'un bureau de projet du pont, alors qu'il était moins formel la veille.

En entrevue avec la station CHLC de Baie-Comeau, M. Couillard a déclaré que ce bureau de projet, qui mettra à jour les données concernant ce projet quasi mythique dans la région, devra aussi se pencher sur les 130 emplois reliés à la traverse Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine afin d'assurer la transition de ces gens vers un autre emploi. Selon ce que Le Soleil a appris, ce bureau sera situé sur la Côte-Nord.

Le pont se trouvait évidemment en haut de la liste des maires de la Haute-Côte-Nord et de la Manicouagan, que le premier ministre a rencontrés mercredi à Baie-Comeau. Cette quasi-unanimité n'incluait cependant le maire de Tadoussac, Hugues Tremblay, dont les préoccupations ont été bien saisies par M. Couillard.

«[Avant de relancer le projet], il faut qu'il y ait un consensus fort dans la région, il faut que le prix soit abordable d'emblée et il faut qu'on ait réglé d'autres problèmes, dont les retombées sociales à Tadoussac. D'ici là, on va faire fonctionner la traverse», affirmait le premier ministre mercredi soir, quelques instants après sa rencontre avec les élus.

«Il y a des inquiétudes marquées pour les emplois à la traverse et je comprends le maire de Tadoussac d'être préoccupé par ça», avait-il ajouté.

Manifestation

Jeudi matin, avant le départ de M. Couillard pour Sept-Îles, une cinquantaine de citoyens qui manifestaient à l'invitation de la Société du pont sur le Saguenay auraient bien voulu parler au premier ministre après sa rencontre privée avec une vingtaine de gens d'affaires, mais ils ont fait chou blanc. Ils ont néanmoins pu transmettre leurs doléances au personnel du cabinet du premier ministre.

Porte-parole du groupe, Marie-Josée Arsenault se réjouit de l'ouverture de Philippe Couillard dans ce dossier et convient elle aussi que les communautés qui accueillent les traversiers ont des raisons de s'inquiéter.

«Je comprends réellement les préoccupations des gens de Tadoussac et de Baie-Sainte-Catherine. Cent trente emplois, il n'y a pas une ville au Québec qui peut ne pas s'en soucier, a-t-elle lancé. On veut travailler avec eux pour voir comment on peut récupérer des emplois parce qu'un pont, ça va créer des emplois aussi».




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer