Transport en commun: au provincial d'unir les deux rives

Des voies réservées aux autobus sur la route... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Des voies réservées aux autobus sur la route des Rivières, anciennement la route du Pont, étaient dans les cartons à la Ville de Lévis avant même le projet de SRB.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ce sera au gouvernement du Québec de s'assurer que les réseaux de transport en commun de Québec et de Lévis travaillent en complémentarité même s'il n'y a plus de service rapide par bus (SRB) interrives, énonce le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

«Qu'on le veuille ou pas, il faudra qu'il y ait un arrimage entre les deux rives pour le déplacement des personnes puisque le transport en commun est l'un des ingrédients qui contribue à améliorer la fluidité de la circulation», a déclaré jeudi le maire de Lévis. Il était invité à réagir à la tenue d'une consultation publique sur la mobilité à Québec.

Lors de l'annonce, le maire de Québec a répété qu'il ne se souciait plus de Lévis et qu'il n'était pas de son ressort de favoriser la traversée du fleuve Saint-Laurent. «Ça va aller pour la rive sud, c'est fini. Moi, j'ai joué assez longtemps dans ce film-là. Ils ne veulent pas, très bien. On va s'occuper de notre ville et de notre agglomération», a statué Régis Labeaume. 

Gilles Lehouillier estime toutefois que les deux villes sont condamnées à s'entendre pour une «interconnexion» efficace. Il évoque spontanément deux options : soit le futur réseau de transport structurant de Québec pique une pointe sur la rive sud pour cueillir les navetteurs, soit les bus de Lévis continuent d'aller porter des usagers à Québec. Actuellement, ils se rendent aussi loin que la colline parlementaire, mais reviennent vides. 

«Le gouvernement du Québec aura une responsabilité au niveau du transport collectif d'assurer cette interconnexion. On se fie au fait que le ministère des Transports va suivre de très près cette situation-là», a insisté M. Lehouillier, un ancien député libéral. 

Lévis se défend

Celui-ci affirme par ailleurs qu'il est «complètement faux» de dire que Lévis a «laissé tomber» Québec après des années de planification commune. «En avril, le bureau du SRB avait recommandé de limiter la portée du SRB et de l'étendre uniquement jusqu'à la rue du Sault», martèle-t-il comme défense. La Ville de Lévis entend déposer au ministère des Transports un projet de modernisation de son réseau d'autobus «d'ici la Saint-Jean-Baptiste». 

Avant le SRB, Lévis avait dans ses cartons des voies réservées pour les autobus sur le boulevard Guillaume-Couture et la route du Pont, devenue la route des Rivières. Ces voies avaient la particularité d'être planifiées au centre de la chaussée. Le maire se réjouit d'ailleurs d'avoir déjà en main des données et même des plans à partir desquels travaille le comité présidé par le conseiller municipal Michel Patry, aussi président de la Société de transport de Lévis. 




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer