Des ornières qui coûtent cher

La réparation de ces tronçons pourrait coûter jusqu'à... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La réparation de ces tronçons pourrait coûter jusqu'à près de 1,4 million $ au ministère des Transports du Québec.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministère des Transports du Québec (MTQ) n'a pas fini de réparer les dégâts d'une mauvaise recette d'asphalte. Encore cette année, de l'orniérage prématuré a été constaté sur quatre tronçons d'autoroutes parmi les plus achalandés de Québec. Il en coûtera des millions de dollars pour faire le raccommodage.

Les automobilistes peuvent ainsi avoir la mauvaise impression de perdre le contrôle de leur véhicule sur l'autoroute Charest (440), à l'ouest de l'avenue Saint-Sacrement, sur Laurentienne (73) en direction sud, de la rue Bernier au boulevard Jean-Talon, sur Félix-Leclerc (40), de la 1ère avenue à l'avenue Saint-David, ainsi qu'à la sortie sud du pont Pierre-Laporte. Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ, a confirmé les informations au Soleil.

Dans tous les cas, les travaux d'asphaltage ont été réalisés entre 2011 et 2013. C'est avant que le ministère comprenne pourquoi le revêtement de chaussée usait prématurément dans la région de Québec.

En 2014, le Laboratoire des chaussées du MTQ a identifié une série d'erreurs de conception pour expliquer l'apparition prématurée d'ornières. D'abord, le granulat entrant dans la composition de l'asphalte avait tendance à s'arracher tandis que le bitume, qui agit comme une colle, n'était pas assez dur. La compaction était également insuffisante, si bien qu'elle se poursuivait avec le passage des véhicules au point de voir se creuser des sillons.

Pour remédier à ces problèmes, les ingénieurs gouvernementaux ont recommandé un granulat et un bitume de meilleure qualité ainsi qu'une meilleure compaction. La surveillance a aussi été augmentée sur les chantiers.

Plusieurs routes abimées ont été repavées depuis 2014 selon la nouvelle méthode. L'effort se poursuivra cette année. Des chantiers sont planifiés dans les secteurs problématiques des autoroutes Charest et Félix-Leclerc. Sur Laurentienne Sud, les travaux liés à l'élargissement de la chaussée feront disparaître les ornières. Pour la sortie du pont Laporte, «on est à déterminer la meilleure intervention à réaliser, notamment quant au type de mélange et à l'épaisseur de la couche d'enrobé» bitumineux, indique M. Paradis.

Pas de recours

Les réparations coûteront quelques millions de dollars. Un premier appel d'offres public pour des travaux divers incluant du pavage sur l'autoroute Charest a généré cinq soumissions variant entre 982 764 $ et 1 338 412 $. Et c'est sans compter les autres chantiers qui ne sont pas encore chiffrés.

Le MTQ ne prévoit toujours pas de recours contre les entrepreneurs qui ont réalisé les travaux précédents puisque c'est la recette proposée qui causait les défauts. De la même façon, il ne définit pas de durée type pour les nouvelles chaussées. «L'objectif, c'est le plus longtemps possible. Ça dépend beaucoup des conditions routières», mentionne son porte-parole.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer