Priorité troisième lien, martèle la CAQ

«Il faut qu'on arrête de nous casser les... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

«Il faut qu'on arrête de nous casser les oreilles avec le SRB et que l'on comprenne que le projet important à Québec, c'est le troisième lien», insiste le député Éric Caire.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Grand pourfendeur du SRB, le député caquiste Éric Caire espère que le projet est bel et bien enterré et que la priorité sera dorénavant mise sur la construction d'un troisième lien routier entre les deux rives.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, et le ministre François Blais devraient remercier le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, qui a offert une «porte de sortie honorable à un projet mort-né», a déclaré jeudi le député de La Peltrie. 

«Il faut qu'on arrête de nous casser les oreilles avec le SRB et que l'on comprenne que le projet important à Québec, c'est le troisième lien, a lancé M. Caire. Il faut qu'on finance convenablement le bureau de projet et que ces gens-là travaillent avec l'échéancier le plus serré possible.»

Il demande de la transparence dans les dépenses réalisées jusqu'ici dans le dossier du SRB qu'il qualifie de «fiasco libéral». 

«Depuis longtemps, on dit d'arrêter d'enfoncer dans la gorge des gens de Québec un projet dont ils ne veulent pas, un projet mal ficelé, avec un tracé douteux, une finalité incompréhensible et une population qui ne vous suit pas», a poursuivi le député caquiste. 

Il s'explique mal que la consultation annoncée jeudi par M. Labeaume arrive aussi tard dans le processus. «J'espère que le maire, qui a dit qu'il ne rejouerait pas dans le film du tramway, ne rejouera pas non plus dans le film du SRB, a déclaré M. Caire. Quant à moi, ce sont deux mauvais films.»

La voie de l'avenir

Au Parti québécois, le porte-parole en matière de Transports, Alain Therrien, trouve «dommage» la tournure du dossier du SRB. «On pense toujours que le transport en commun est la voie de l'avenir, a réagi M. Therrien. J'espère que la réflexion à venir va permettre de trouver un projet plus consensuel, qui dessert bien la population et au coût le plus bas possible.»

La réaction du ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, François Blais, s'est limitée à un gazouillis sur Twitter: «Nous avons toujours été partenaires de Québec pour améliorer la mobilité des autos et des autobus. J'ai assuré le maire que nous continuerons».

Des pressions de Laurent Lessard

Avant que le maire Régis Labeaume n'enterre le SRB, le ministre des Transports du Québec avait déclaré que le projet avait «du plomb dans l'aile» et incité la Ville de Québec à revoir le parcours sur la rive nord et à réévaluer le choix du véhicule. «Si tu perds ton partenaire majeur, tu ne peux pas faire semblant qu'il n'y a rien de changé», avait-il prévenu jeudi matin, lors de sa première sortie publique sur le sujet. «Si Québec décidait d'aller de l'avant, et là je ne veux pas présumer de rien, il [le maire] doit retourner à la table à dessin parce que c'est plus le même projet, ça peut pas être le même circuit et ça sera pas les mêmes aménagements», a fait valoir M. Lessard. Ce dernier a raconté avoir demandé lui-même au maire de Lévis, Gilles Lehouillier, de retourner à son conseil municipal, qui a finalement largué le SRB. Quant aux 56 millions $ pour les plans et devis débloqués dans le récent budget provincial, le ministre a rappelé qu'ils n'ont pas été dépensés encore. «Mettons que c'est suspendu», a-t-il résumé.  Annie Morin

Michel Dallaire étonné et déçu

«Je suis vraiment déçu pour les gens de Québec. Je pense qu'il faut arrêter de penser petit. Nous sommes capables comme dans les grandes villes nord-américaines d'avoir des systèmes de transport en commun efficaces pour permettre aux citoyens de se déplacer».

Surpris de la tournure des événements, le chef de la direction du Fonds de placement immobilier Cominar et président du Groupe Dallaire, Michel Dallaire, assure que la mort du projet de service rapide par bus n'aura pas d'impact sur son plan de développement immobilier dans la grande région de Québec. À la tête des ponts, son projet de 650 millions $ baptisé Le Phare, qui comprend notamment un gratte-ciel de 65  étages, ainsi que son développement immobilier de 200  millions $ du côté de Lévis sont toujours sur les rails. 

La semaine dernière, lors d'une présentation devant la communauté d'affaires de Lévis, M. Dallaire avait de nouveau plaidé l'importance de ce projet pour les deux rives du fleuve Saint-Laurent. «J'essaie de comprendre [...] Pour moi, c'était un must d'avoir ça afin d'améliorer la qualité de vie des gens», indique l'homme d'affaires au bout du fil. «Je trouve cela un peu déplorable, mais pour notre part nous allons continuer à développer», poursuit-il.

Bien que le SRB soit mis au rancart, le maire Régis Labeaume a confié étudier d'autres projets.

«Québec va continuer à se développer. Si on ne se donne pas un bon système de transport en commun, le point malheureux, c'est qu'on va continuer d'augmenter la congestion et le temps de déplacement des gens», affirme M. Dallaire, plus important propriétaire foncier de la région métropolitaine de Québec. «Je m'excuse, mais à Québec, ce que nous avons actuellement, ça ne vaut pas grand-chose.»

Plans ajustés

Pour Le Phare, près duquel était envisagé un arrêt du SRB, M. Dallaire confie que le développement est en constante évolution. «On va ajuster nos plans en fonction des scénarios. Il faut toujours garder une certaine flexibilité. S'il le faut, on va retravailler nos maquettes», conclut-il, souhaitant toujours un lien interrives.

La Chambre de commerce et d'industrie de Québec estime pour sa part qu'il est primordial de trouver une option pour atténuer le trafic entre les deux rives.  

«Espérons que la consultation populaire permettra d'identifier un projet à la fois structurant et durable pour améliorer la mobilité des biens et des personnes à Québec et à Lévis», souligne Alain Aubut, président et chef de la direction. «Il faut rapidement trouver une solution et ne faut pas attendre 10 ans avant de lancer un nouveau projet. On continue de penser qu'il faut intégrer un système de transport collectif rapide, fiable et moderne à l'offre de transport régionale pour offrir plus d'options aux gens».  Jean-Michel Genois-Gagnon

Une «bonne nouvelle», selon Accès transports viables

Accès transports viables (ATV) accueille positivement le retour de l'administration Labeaume vers la population. «On a l'opportunité de revoir, de bonifier» le grand projet de transport en commun qu'était le SRB, a fait valoir le directeur général Étienne Grandmont. Celui-ci espère que cela pourra se faire rapidement afin de bénéficier de nouveaux services dès 2022, première échéance du SRB, et de profiter aussi des fonds disponibles au gouvernement fédéral.

Alexandre Turgeon, directeur du Conseil régional de l'environnement de la Capitale-Nationale, a aussi parlé d'une «bonne nouvelle». Il entend plaider pour un tracé en haute-ville et aussi pour le tramway, convaincu que l'achalandage du Métrobus le justifie. Exaspéré par la campagne des radios privées qui ont milité contre le SRB - au point de s'impatienter contre un journaliste de CHOI pendant la conférence de presse du maire -, M. Turgeon a également invité la Ville de Québec à faire valoir les avantages du transport en commun pour les citoyens.  Annie Morin




À lire aussi

  • Lehouillier refuse de prendre le blâme

    Transports

    Lehouillier refuse de prendre le blâme

    Le maire de Lévis Gilles Lehouillier refuse de prendre le blâme pour l'abandon total du projet de Service rapide par bus (SRB) par la Ville de Québec. »

  • Labeaume abandonne le SRB

    La Capitale

    Labeaume abandonne le SRB

    Le projet de service rapide par bus (SRB) est abandonné. La Ville de Québec veut plutôt reprendre «un grand dialogue» en consultant la population sur... »

  • Le SRB n'est pas enterré, selon Labeaume

    Transports

    Le SRB n'est pas enterré, selon Labeaume

    Le maire de Québec s'est défendu vendredi d'avoir enterré le service rapide par bus (SRB). Loin de s'en dissocier, Régis Labeaume souhaite même... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer