Un bateau... Deux bateaux... Trois bateaux...

VÉRIFICATION FAITE / L'affirmation : Dans une campagne publicitaire lancée... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) VÉRIFICATION FAITE / L'affirmation : Dans une campagne publicitaire lancée cette semaine, la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ) laisse entendre que la consommation de cannabis ralentit beaucoup les réflexes, ce qui peut mener à des accidents graves. La publicité, qui se termine justement par une sortie de route, a provoqué de vives réactions sur les médias sociaux. Sur la page Facebook de la SAAQ, nombre d'amateurs de pot l'ont qualifiée de «mensongère», ont souligné qu'à leur avis, quand «on consomme, on est conscient que nos aptitudes sont réduites et on ajuste la conduite en conséquence», et ont signalé que de nombreuses études «indiquent que les effets [...] s'il y en a, sont significativement plus faibles que ceux de l'alcool». Il s'avère que ces arguments sont souvent invoqués par des groupes prolégalisation de la marijuana. Alors, voyons ce qu'il en est...

Les faits

Voilà une question qui donne du fil à retordre à la science depuis longtemps, et il est vrai que l'on trouve dans la littérature scientifique beaucoup de résultats en apparence contradictoires.

Il y a deux grands types de travaux qui ont documenté l'effet de la marijuana sur la conduite automobile. Une série d'études dites «épidémiologiques» ont regardé, par exemple, la proportion de chauffeurs impliqués dans un accident qui ont été déclarés coupables de «facultés affaiblies par le pot». Ou encore, d'autres ont plutôt examiné la proportion des conducteurs décédés qui avaient du THC (l'ingrédient actif du cannabis) dans le sang - à cet égard, d'ailleurs, la SAAQ a fait valoir cette semaine que 18 % des conducteurs décédés au Québec entre 2011 et 2015 avaient du THC dans le sang, et que cette proportion grimpe à 30 % chez les 16-24 ans morts au volant.

Ces travaux ont l'avantage de prendre des données dans la «vraie vie», mais elles comportent aussi beaucoup de «variables confondantes», comme disent les chercheurs. Ainsi, le cannabis est consommé surtout par les 18-25 ans (1 sur 5 fume aux États-Unis, contre 7 % des 26 ans et plus), un groupe d'âge qui roule plus vite et fait beaucoup plus d'accidents que les autres, avec ou sans «pot». De même, la mari est souvent consommée avec d'autres drogues, dont l'alcool, ce qui peut embrouiller encore plus le portrait. En contrôlant l'effet de ces variables, quelques études ont effectivement conclu que le cannabis n'affectait pas la conduite.

Cependant, il faut noter que dans un article paru l'an dernier dans la revue savante Addiction, deux chercheurs norvégiens ont mis ensemble les données d'une vingtaine de ces études et ont conclu que le cannabis augmentait bel et bien le risque d'accident de 22 à 36 %, une hausse qu'ils qualifient de «faible à modérée».

L'autre grand type d'études, dites «expérimentales» a consisté à intoxiquer des volontaires et à les faire conduire sur un circuit fermé ou sur des simulateurs. Ça permet de contrôler les doses, les temps de réaction, de voir quels conducteurs s'écartent de leurs voies, etc., mais cela a l'inconvénient de ne pas représenter la «vraie vie». Encore ici, on trouve des résultats qui tombent des deux côtés, mais il ressort dans l'ensemble «que le cannabis peut fortement affecter les habiletés [perception des vitesses, vigilance, etc.] de conduites», conclut une revue de littérature de 2009. Mais, note le texte, «les études sur l'effet de la marijuana sur le temps de réaction se contredisent».

Fait intéressant, il semble que la marijuana n'a pas le même genre d'effet sur les conducteurs que l'alcool : alors que celui-ci diminue la capacité d'accomplir des tâches qui requièrent un contrôle conscient, la première atteint d'abord les automatismes (comme rester dans sa voie). Cela, admettent les chercheurs, est cohérent avec l'idée que les fumeurs de mari, surtout les plus expérimentés, parviennent à adapter leur conduite en ralentissant.

Voilà qui pourrait expliquer en partie tous ces résultats contradictoires. Mais cela signifie aussi que quand on prend du pot et de l'alcool, comme c'est souvent le cas, ce sont tant les automatismes que les tâches conscientes qui sont affectés. Et les études expérimentales montrent que même de petites doses des deux peuvent rendre les conducteurs dangereux.

Enfin, rappelons qu'en début d'année, l'Académie nationale des sciences des États-Unis a examiné l'ensemble de la littérature scientifique sur la marijuana et a conclu qu'il y a des «preuves substantielles» (plusieurs bonnes études qui penchent dans le même sens et peu d'études de qualité comparable pour les contredire) d'une association entre la consommation de cannabis et un risque accru d'accident de la route.

Le verdict

Sur le temps de réaction lui-même, on ne peut pas donner plus qu'en partie raison à la SAAQ : il est possible que la mari l'allonge, mais les études se contredisent sur ce point. Mais sur le risque accru d'accident, qui demeure la question de fond ici, la société d'État a raison : oui, le «pot» diminue clairement les facultés des conducteurs.

Sources :

  • O. Rogeberg et R. Elvik, The effects of cannabis intoxication on motor vehicle collision revisited and revised, Addiction, 2016, goo.gl/z01fCC
  • Andrew Sewell et al., The effect of cannabis compared with alcohol on driving, American Journal on Addictions, 2009, goo.gl/92AfRW
  • National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine, The health effects of cannabis and cannabinoids : The current state of evidence and recommendations for research, 2017, goo.gl/s4Ie6x




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer