Lehouillier refuse de prendre le blâme

«Le maire de Québec a toujours dit qu'il... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

«Le maire de Québec a toujours dit qu'il pouvait réaliser le projet sans Lévis», a souligné M. Lehouillier en entrevue téléphonique jeudi soir.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Lévis Gilles Lehouillier refuse de prendre le blâme pour l'abandon total du projet de Service rapide par bus (SRB) par la Ville de Québec.

«Le maire de Québec a toujours dit qu'il pouvait réaliser le projet sans Lévis», a souligné M. Lehouillier en entrevue téléphonique jeudi soir. Il évalue avoir offert toute sa collaboration en début de semaine pour faire les interconnexions entre la Société de transport de Lévis et le SRB à Québec. «On n'a pas à mettre ça sur la faute des autres.»

M. Lehouillier dit toutefois qu'il «respecte» la décision de la Ville de Québec d'enterrer le SRB et qu'il est prêt à travailler sur l'amélioration du transport en commun entre les deux rives, mais de façon différente. 

M. Labeaume a dit sur différentes tribunes jeudi qu'il ne pouvait pas expliquer le projet à la population parce qu'il savait que Lévis était hésitante depuis cinq ou six mois. Une affirmation que réfute M. Lehouillier. «Qu'on vienne pas me dire que le projet n'était pas prêt à cause de Lévis», lance-t-il. Selon lui, c'est plutôt le bureau de projet qui n'avait pas encore toutes les réponses. «Le bureau d'étude n'était absolument pas prêt à aller devant la population. Il restait beaucoup d'étapes à franchir.»

M. Lehouillier croit toujours que son conseil municipal a pris une décision «éclairée» et «réfléchie» en larguant le SRB, surtout que le projet aurait selon lui coûté au minimum 1,6 milliard $ à construire et environ 5 millions $ par année à opérer.

Projet indéfendable 

Le maire Lehouillier avoue qu'il n'aurait pas été capable de défendre le projet de SRB en campagne électorale à l'automne, après avoir pris connaissance des dernières estimations de coûts. Il fait maintenant de la construction d'un troisième lien routier entre les deux rives un important cheval de bataille pour sa campagne. M. Lehouillier est persuadé qu'il améliorerait grandement la fluidité de la circulation sur son territoire. 

M. Lehouillier a l'intention de présenter au gouvernement du Québec son «plan de rechange» pour le transport en commun d'ici les prochaines élections, en novembre. «Ce sera une proposition beaucoup simple de voies réservées, avec la même efficacité que si on avait eu un SRB.»




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer