SRB: Lessard renvoie Québec à sa table à dessin

Le ministre des Transports, de la Mobilité durable... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, Laurent Lessard

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre des Transports du Québec renvoie la Ville de Québec à sa table à dessin après le retrait de Lévis du projet de service rapide par bus (SRB). Laurent Lessard affirme qu'il faut revoir le parcours sur la rive nord et réévaluer le choix du véhicule.

Comme son collègue François Blais, responsable de la Capitale-Nationale, M. Lessard attend que le maire Régis Labeaume fasse part - «rapidement, possiblement cette semaine» - de ses préférences pour l'avenir du transport en commun à Québec.

Néanmoins, il prévient que «si tu perds ton partenaire majeur, tu ne peux pas faire semblant qu'il n'y a rien de changé». «Nous, on a supporté deux villes sur deux rives qui avaient un projet ambitieux d'au-delà d'un milliard de dollars. Maintenant, il a certainement du plomb dans l'aile», a laissé tomber jeudi le ministre des Transports, lors d'une mêlée de presse dans son chef-lieu de Thetford Mines.

«Si Québec décidait d'aller de l'avant et là je ne veux pas présumer de rien, il (le maire) doit retourner à la table à dessin parce que c'est plus le même projet, ça peut pas être le même circuit et ça sera pas les mêmes aménagements. Ce SRB-là, il faut qu'il vire en quelque part. C'est quand même un gros autobus qui loge 150 personnes. Il peut pas juste arriver sur le boulevard Laurier pis dire : ah, on traverse plus l'autre bord», a fait valoir M. Lessard lors de sa première sortie publique sur le sujet de l'heure dans la région de Québec.

Ce dernier étend la réflexion aux véhicules, des autobus bi-articulés circulant dans des couloirs exclusivement réservés. «La Ville de Québec doit se requestionner non seulement sur son trajet, mais sur la desserte comme telle», a-t-il lancé jeudi.

Il ne faut pas y voir un plaidoyer pour le tramway. Le titulaire des Transports rappelle que le débat a été tranché bien avant son arrivée et il s'en accommode bien.

Quant au tracé sur la rive nord, qui suscite des critiques, car il suit le boulevard Charest au lieu de relier directement l'Université Laval à la colline parlementaire par la haute-ville, M. Lessard ne veut pas s'en mêler. «C'est un tracé de ville», dit-il, tout en réitérant son appel à réviser l'ensemble du projet.

L'élu provincial a raconté avoir demandé lui-même au maire de Lévis, Gilles Lehouillier, de retourner à son conseil municipal. «C'est plus le maire de Lévis que je veux entendre, c'est le conseil de Lévis parce qu'une ville, ça parle par résolution. J'ai besoin d'une résolution parce qu'on est rendus à décider, on n'est plus rendus à réfléchir», lui a-t-il fait savoir lors d'une rencontre en tête-à-tête la semaine dernière. La réponse ne l'a donc pas surpris outre mesure.

Quant aux 56 millions $ pour les plans et devis débloqués dans le récent budget provincial, M. Lessard rappelle qu'ils n'ont pas été dépensés encore. «Mettons que c'est suspendu», a-t-il résumé.

 

Tout au long de son intervention, le ministre a réitéré son intention d'améliorer le transport collectif à Québec et à Lévis, d'une façon ou d'une autre, en fonction des priorités exprimées par les municipalités.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer