Passagers coincés dans un avion d'Air Canada à Québec

Faute de personnel, une cinquantaine de passagers d'un... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Faute de personnel, une cinquantaine de passagers d'un vol Montréal-Québec d'Air Canada ont dû demeurer dans leur avion durant environ deux heures et demie, une fois arrivés à destination.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un manque de personnel d'Air Canada à l'aéroport de Québec a coincé les passagers d'un vol Montréal-Québec dans leur avion durant environ deux heures et demie, une fois arrivés à destination, dans la nuit de vendredi à samedi. Une cinquantaine de personnes prévoient maintenant déposer une plainte conjointe à la compagnie aérienne.

Les passagers du vol AC8730 d'Air Canada pensaient que le pire était derrière eux, en quittant l'aéroport de Montréal avec 1h15 de retard, vers 22h, vendredi soir. Mais le véritable cauchemar s'est produit en arrivant à l'aéroport de Québec, une quarantaine de minutes plus tard. 

En raison d'un manque de personnel d'Air Canada, débordé en raison des conditions climatiques difficiles, les passagers ont été avisés qu'il devait demeurer dans l'avion posé sur le tarmac pour une demi-heure supplémentaire. Plusieurs demi-heures se sont ajoutées, tant et si bien que ce n'est que vers 1h15 du matin que les portes de l'avion ont finalement été ouvertes, a affirmé au Soleil un des passagers du vol, Pierre Mathieu. «On nous disait qu'il y avait des avions en déglaçage et que compte tenu de cela, il n'y avait pas assez de personnel au sol pour nous faire débarquer. Si au moins on avait pu être avisé avant de partir qu'un retard était anticipé.»

Au bout d'environ deux heures et demie d'attente et malgré plusieurs portes d'embarquement libres, les passagers ont quitté l'avion à même la piste. «On marchait dehors dans le verglas», a dénoncé M. Mathieu. 

Durant la longue attente dans l'avion, une cinquantaine de passagers se sont échangé leurs coordonnées afin de déposer une plainte commune auprès d'Air Canada. 

«Concours de circonstances»

Contactée par Le Soleil, samedi après-midi, la porte-parole du transporteur aérien, Isabelle Arthur, a plaidé «un concours de circonstances, un temps de dégivrage extrêmement long en raison des conditions météorologiques, puis un bris mécanique». Cette dernière n'a toutefois pas tenté de se défiler. 

«Nous sommes absolument désolés du piètre service que nous avons offert aux passagers du vol AC8730 hier soir. Un suivi sera fait avec l'équipe en devoir pour comprendre ce qui s'est passé et surtout pour nous assurer que cela ne se reproduise plus. Notre service à la clientèle fera également un suivi auprès des passagers à bord de ce vol.»

Le porte-parole de l'aéroport de Québec, Mathieu Claise, a quant à lui affirmé que le problème relevait uniquement du transporteur. Air Canada avait été averti durant la soirée par l'aéroport de la longue attente des passagers, a-t-il assuré. «En raison des mauvaises conditions météo, il y a eu des vols retardés. Air Canada a été débordée et a manqué de personnel. Il y avait des portes d'embarquement disponibles pour débarquer les passagers.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer