Accidents dans la côte Gilmour: la pluie et la vitesse plus risquées que la neige

La côte Gilmour est ouverte à l'année depuis... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

La côte Gilmour est ouverte à l'année depuis l'automne 2014 et est fermée lorsque feuilles mortes et pluie se retrouvent en même temps sur la chaussée, combinaison considérée beaucoup plus dangereuse que la neige.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La chaussée mouillée et la vitesse, et non les conditions hivernales, sont à blâmer dans l'augmentation des accidents dans la côte Gilmour, ouverte à l'année depuis l'automne 2014.

Alors qu'un seul accident a été recensé en 2013 et deux en 2014, il y en a eu huit en 2015 et déjà 22 cette année, en date de la mi-octobre. Du grand total, seulement trois ont eu lieu pendant les mois d'hiver, a constaté Le Soleil dans une recension obtenue en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Le cas classique : un automobiliste qui passe tout droit dans la dernière courbe située dans le bas de la côte des Plaines. Les dommages matériels constatés par les agents de sûreté de la Commission des champs de bataille nationaux (CCBN) se limitent généralement à la roue avant côté passager. S'ajoutent parfois la direction et le pare-chocs. 

Il y a eu plus d'un véhicule impliqué à seulement quatre reprises, dont une collision frontale. Et une fois, le 25 juin dernier, une camionnette tirant une remorque avec bateau s'est retrouvée en porte à faux lors de sa périlleuse descente. 

Ces statistiques confirment la tendance évoquée précédemment par la porte-parole de la CCBN, Nathalie Allaire, voulant que l'ouverture de la côte Gilmour pendant l'hiver n'ait pas eu d'incidence négative sur le bilan routier. 

Selon Mme Allaire, l'augmentation des accidents le reste de l'année pourrait être attribuable à la pluie, qui rend la chaussée plus glissante. Vérification faite par Le Soleil, il a plu 19 des 24 journées où il y a eu de la tôle froissée. 

C'est une des raisons pour lesquelles la CCBN a conservé son habitude de fermer la côte à toute circulation quand il y a des feuilles mortes sur l'asphalte et qu'il pleut en plus. La combinaison est considérée comme doublement dangereuse. 

Intervention prioritaire

L'hiver, Gilmour fait partie des côtes de «niveau 0 (zéro)», où les déneigeurs doivent intervenir dès le premier flocon, puis gratter et saler en continu jusqu'à la fin des précipitations. Si bien qu'on se trouve sur l'asphalte la très grande majorité du temps. 

La porte-parole de la Commission pointe aussi la vitesse comme cause possible d'accidents. «Les gens roulent beaucoup trop vite. La vitesse est limitée à 30 kilomètres/heure dans la côte et de visu on peut dire que souvent, ça va beaucoup plus vite que ça», témoigne Mme Allaire. 

La côte Gilmour avait toujours été fermée du 1er novembre au 15 avril pour «accroître la sécurité des automobilistes et éviter les dangers potentiels» quand le maire Régis Labeaume a décidé en 2010 qu'elle devait être ouverte à l'année. À sa demande, la CCBN a revu la pente et l'aménagement pour permettre la circulation des équipements de déneigement et accepté d'utiliser des fondants malgré les effets anticipés sur la végétation.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer