Québec veut un SRB qui peut évoluer... en tramway

Le SRB fiabilisé consiste à repousser sur les... (image fournie par La Fabrique projection)

Agrandir

Le SRB fiabilisé consiste à repousser sur les côtés les infrastructures souterraines pour éviter d'éventrer la plateforme et nuire au service en cas de bris. Coût estimé de la facture : 1,1 milliard $.

image fournie par La Fabrique projection

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un premier choix crucial a été fait pour le service rapide par bus (SRB) Québec-Lévis. S'il n'en tient qu'aux villes, la plateforme sera conçue pour accueillir éventuellement les rails d'un tramway. Il y a une influence sur les coûts, de 20 à 40 % plus élevés qu'un SRB de base. Le dernier mot revient donc aux gouvernements qui doivent ramasser la facture.

«Nous, c'est une plateforme évolutive qu'on v­­­eut. Le problème, c'est que le payeur va avoir son mot à dire», a laissé tomber le maire Régis Labeaume lundi, avant la séance du conseil municipal. «S'il faut mettre un rail, il faut que tu sois prêt à un minimum de dérangement», a-t-il ajouté. 

Malgré qu'il s'y prépare, le maire de Québec croit que la région pourrait ne jamais avoir besoin d'un tramway pour transporter plus de passagers. Même si l'étude de faisabilité du tramway/SRB et les partisans du rail prévoient que la capacité du SRB sera dépassée ou sur le point de l'être à quelques points du futur réseau d'ici 2041. 

«Moi, personnellement, je pense que dans 20, 25 ans, ils vont avoir inventé d'autres autobus électriques avec plus de capacité. Projetez-­vous dans 20, 25 ans d'ici, moi, je pense que peut-être il n'y aura même plus de tramways. C'est un feeling que j'ai. En tout cas, pour l'électrique, on va être corrects», a-t-il lancé. 

Il n'y a jamais eu d'annonce quant au choix de la plateforme sur laquelle rouleront les bus à haut niveau de service à Québec comme à Lévis. C'est un des sujets sur lesquels planche actuellement le bureau d'études du SRB. 

Quatre types de SRB ont été présentés dans l'étude de faisabilité du tramway/SRB en février 2014. Le modèle de base, qui consiste à construire une plateforme sans égard au sous-sol et à l'avenir, est estimé à 919 millions $. M. Labeaume n'a jamais caché que cette option lui apparaissait un peu simpliste. 

Même hésitation par rapport au SRB électrique avec ligne aérienne, le plus cher à 1,4 milliard $ et pourtant le plus difficile à convertir en tramway, car les coûteuses infrastructures électriques ne sont pas transférables.

Solution privilégiée 

Le SRB fiabilisé consiste à repousser sur les côtés les infrastructures souterraines (aqueduc et égout) pour éviter d'éventrer la plateforme et nuire au service en cas de bris. L'emprise est également assez large pour permettre les mouvements de bus comme de wagons. Du coup, il est plus facile de substituer un tramway aux bus si l'achalandage le requiert dans quelques décennies. C'est la solution privilégiée pour Québec, nous a-t-on confirmé lundi. Coût estimé de la facture : 1,1 milliard $. 

Le SRB évolutif prévoit en plus une plateforme de béton plus épaisse et quelques aménagements facilitateurs afin que des rails et donc un tramway puissent être installés plus rapidement. Cette option coûterait 1,3 milliard $. Les frais de conversion sont légèrement moindres, mais il y a toujours le danger que les technologies évoluent et qu'une partie des infrastructures soient à reconstruire de toute façon. 

Dans tous les cas, les coûts d'exploitation sont réputés semblables, entre 43 et 46 millions $ par année. Les études d'avant-projet permettront de raffiner ces calculs d'ici 2018. 

Le maire Labeaume a indiqué lundi qu'il allait «rejaser» du SRB après les Fêtes. «Nous autres, on sait exactement où on s'en va. On laisse tout le monde parler actuellement, ça ne donne rien de toute façon», a-t-il lancé pour faire taire les voix réclamant encore un tramway. 

«Le premier ministre [du Québec], pour lui, c'est clair que c'est le SRB et c'est ce qu'il discute avec le fédéral. Pendant que tout le monde crie et veut un tramway pis 56 patentes, c'est parce qu'ils sont en négociation pour financer le SRB. C'est un ti-peu sérieux», a-t-il fait valoir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer