Les études du MTQ sur le troisième lien publiées en douce

Le pont Pierre-Laporte et celui de Québec... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le pont Pierre-Laporte et celui de Québec

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a publié en douce les études en sa possession sur un troisième lien routier entre Québec et Lévis. La grosse majorité des documents datent des années 70 et les plus contemporains sont déjà bien connus du public. Rien pour satisfaire la soif de données récentes de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Les 13 références sont apparues mercredi sur le site web du ministère sous la mention «études et recherches relatives à un 3e lien entre Lévis et Québec».

La toute nouvelle étude de faisabilité technique et des coûts d'un tunnel, réalisée par le professeur Bruno Massicotte, arrive en tête de liste. Suivent une série d'études sur un lien interrives produites dans les années 70, à l'exception du rapport Tecsult de 1999 fréquemment cité dans le dossier en titre.

Les tracés les plus courants proposent de relier le chemin des Îles ou le secteur Saint-David à Lévis à celui de la colline parlementaire ou encore la route L'Allemand à l'île d'Orléans. Si des défis techniques sont identifiés, aucun rapport ne conclut que l'entreprise est impossible.

Sur la base d'un courriel interne du MTQ et d'une demande d'accès à l'information, la CAQ réclame depuis des mois la publication de toutes les données sur le troisième lien accumulées en marge de la planification du futur pont de l'île d'Orléans. Or, rien de tout cela ne transparaît ici.

La plus vieille étude, celle de 1973, annonçait la saturation des ponts Pierre-Laporte et de Québec pour 1987 et estimait à 200 millions $ la construction d'un troisième lien routier, ce qui équivaut à 1 milliard $ aujourd'hui. «La croissance des flux de circulation engendrera de nombreux désagéments à l'intérieur de la ville et allongera le temps de parcours», peut-on lire. L'auteure, la géographe Lucienne Lamy Troué, concluait qu'il serait plus pertinent de construire un nouveau pont parallèle aux deux actuels que de faire déboucher un tunnel près du Vieux-Québec. Elle réitérait également l'importance de faire une place aux transports en commun. Drôlement d'actualité.

On constate également que, de tout temps, le MTQ s'est préoccupé des répercussions d'un nouveau lien sur l'aménagement urbain: protection du patrimoine à Québec et du caractère de l'île d'Orléans, développement résidentiel sur la rive sud, étalement urbain en général.

Un document de 1979 relate «l'âpreté du débat autour de la réalisation de ce projet et du choix du tracé». D'une part, il y a les municipalités qui veulent certes «faciliter les déplacements de leurs résdents», mais aussi «recueillir les retombées économiques». De l'autre, il y a des intervenants «ayant plutôt comme objectif l'amélioration de la qualité de vie, la protection accrue de l'environnement et la rationalisation de l'aménagement du territoire».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer