Prototype de voiture de train: Metrolinx menace Bombardier d'annuler le contrat

Bombardier a reconnu que sa performance avait déçu... (La Presse)

Agrandir

Bombardier a reconnu que sa performance avait déçu le public et ses clients, mais l'entreprise a dit avoir pris des mesures pour rétablir la confiance.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ross Marowits
La Presse Canadienne
Montréal

Un des plus grands clients ferroviaires canadiens de Bombardier a menacé d'annuler un contrat en raison de retards successifs dans la livraison d'un prototype de voiture de train à Toronto, portant un nouveau coup à la réputation de l'entreprise montréalaise.

Metrolinx augmenté la pression sur Bombardier en émettant un avis d'intention en vue d'annuler le contrat de 770 millions $, après que le constructeur eut omis de lui livrer un prototype avant la fin octobre, comme prévu.

L'agence ontarienne de transport régional a précisé qu'il n'était pas certain qu'elle annule le contrat. Elle a cependant pris cette décision puisqu'il s'agirait d'une étape obligatoire si elle devait ultimement demander à un tribunal de mettre fin à l'entente.

«Nous allons continuer de travailler avec Bombardier à ce sujet et nous allons respecter nos engagements de transport», a expliqué la porte-parole de Metrolinx, Anne Marie Aikins.

Les voitures de trains légers font partie d'un contrat signé en 2010 et devraient être utilisées sur diverses lignes ferroviaires à Toronto, y compris celle du projet Eglinton Crosstown, évalué à 5,3 milliards $, qui devrait être opérationnel en 2021.

L'attention portée au prototype de train a «pris des proportions démesurées», a pour sa part estimé Bombardier. «Bombardier n'a d'aucune façon enfreint ses obligations contractuelles dans ce projet», a fait valoir le porte-parole Marc-André Lefebvre.

«Nous avons un contrat pour livrer 182 voitures et c'est ce que nous allons faire.»

Bombardier a reconnu que sa performance avait déçu le public et ses clients, mais l'entreprise a dit avoir pris des mesures pour rétablir la confiance. La production des voitures de train ne doit pas débuter avant le début 2018.

Même s'il s'agit d'un contrat relativement petit pour Bombardier, des observateurs de l'industrie ont noté que plusieurs retards, jumelés à un problème de livraison de tramways à Toronto, ont soulevé des questions au sein du public. Bombardier a aussi demandé une aide financière de 1 milliard $US à Ottawa.

«Dans le meilleur des cas, il y a beaucoup de scepticisme vis-à-vis d'un appui gouvernemental à Bombardier», a noté Chris Murray, analyste pour AltaCorp Capital. «Ces distractions ne sont pas utiles.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer