Le troisième lien, un débat trop «émotif», estime Hamad

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Considérant que le débat est devenu trop «émotif», le député de Louis-Hébert, Sam Hamad, lance un appel au calme dans le dossier du troisième lien. À son avis, le gouvernement doit attendre d'avoir tous les chiffres en main avant de prendre une décision éclairée et investir «plusieurs milliards» dans un projet qui représente une solution parmi d'autres.

En mêlée de presse, lundi matin, à Saint-Augustin-de-Desmaures, en marge de l'annonce d'une subvention pour la restauration de l'église de la municipalité, l'ex-ministre responsable de la région de la Capitale nationale a expliqué que si le maire de Québec et ses homologues de la Rive Sud défendent «très bien» leurs intérêts dans leur volonté d'avoir chacun leur projet, c'est ultimement le gouvernement provincial qui sera appelé à délier les cordons de la bourse.

«Il faut prendre une pause (...) Il faut revenir à la base, c'est-à-dire les chiffres, les destinations, le volume de circulation sur la rive nord et la rive sud. Il n'y a pas juste un problème sur les ponts (...) Le problème ce n'est pas le troisième lien, c'est la congestion (...) Le troisième lien, c'est un moyen. Est-ce que c'est le moyen, pas nécessairement, il pourrait y avoir autre chose», croit M. Hamad.

Vendredi, le maire Régis Labeaume avait annoncé son engagement à défendre la construction d'un troisième lien dans l'ouest de la Ville, sur la foi des chiffres disponibles en 2011.

«Il n'y a pas une solution pour régler la congestion, il y a plusieurs solutions», poursuit M. Hamd, insistant sur l'importance d'avoir «une vision globale» du problème et d'attendre les chiffres qui seront dévoilés par son collègue Laurent Lessard, ministre des Transports, à une date qui reste à déterminer. «Il ne faut pas (prendre une décision) sous le coup de l'émotion.»

La bonne vigueur de l'économie de la capitale a entraîné un enrichissement de la population et, par la bande, davantage de voitures sur les routes et une progression de l'étalement urbain, d'où les épisodes de congestion, explique le député. À titre de résident de Saint-Augustin, il avoue être à même de le constater tous les jours sur l'autoroute 40.

Labeaume d'accord

Pour sa part, le maire Labeaume s'est dit d'accord avec les appels au calme de Sam Hamad, insistant sur l'importance de «discuter de ça avec la plus grande sérénité possible».

«On a mis sur la table tout ce qu'on avait (...) On est allés au bout de ce qu'on pouvait faire. La balle est dans le camp du ministère (des Transports). Le ministre dit qu'il va y avoir d'autres données. On leur fait confiance.» Avec Valérie Gaudreau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer