Troisième lien: François Marchand critique déjà Labeaume

«Je trouve ça dangereux de se compromettre tout... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Je trouve ça dangereux de se compromettre tout de suite sur un projet qui aura peut-être jamais lieu ou peut-être dans 15 ou 20 ans alors qu'on ne connaît pas l'emplacement, le coût et surtout les conséquences» sur le territoire, a dénoncé lundi le candidat à la chefferie de Démocratie Québec, François Marchand.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le candidat à la chefferie de Démocratie Québec, François Marchand, estime que le maire Régis Labeaume fait preuve d'opportunisme en appuyant un hypothétique troisième lien routier entre Québec et Lévis qu'il n'aura pas la responsabilité de mener à terme.

«Je trouve ça dangereux de se compromettre tout de suite sur un projet qui aura peut-être jamais lieu ou peut-être dans 15 ou 20 ans alors qu'on ne connaît pas l'emplacement, le coût et surtout les conséquences» sur le territoire, a dénoncé lundi M. Marchand.

Ce dernier «n'arrive pas à suivre» le maire, qui déclarait récemment que les politiciens conviaient les citoyens à un «dîner de cons» en leur promettant un coûteux tunnel dans l'est et qui désormais livre bataille pour un troisième lien dans l'ouest.

«Une journée, il [Régis Labeaume] dit quelque chose et le lendemain, il dit d'autre chose. Et c'est toujours définitif : il s'en va par là et suivez-moi», déplore celui qui veut prendre sa place à la mairie.

«J'ai des craintes sérieuses sur l'étalement urbain et j'ai toujours dit que le problème de la circulation est général à l'ensemble des grandes artères de la ville de Québec», a poursuivi M. Marchand en entrevue téléphonique au Soleil. Ajouter un nouveau pont ou tunnel surchargerait encore davantage le réseau routier existant, selon lui.

Débordements

L'avocat et ancien conseiller municipal dresse un parallèle avec une rivière qui déborde : «Si vous élargissez les affluents, vous amenez plus d'eau et ça va déborder encore plus.» Le candidat à la chefferie de Démocratie Québec croit que la Ville de Québec ne doit pas «ouvrir les vannes» et plutôt s'appliquer à élaborer une «politique complète en matière de circulation et de transport». Ce qu'il entend proposer en campagne électorale.

M. Marchand a pris de court son propre parti en réagissant lundi matin au dossier du troisième lien, quelques heures seulement après avoir été officiellement confirmé comme second candidat à la course à la chefferie du parti d'opposition municipal. Les trois élus de Démocratie Québec, incluant l'autre aspirante Anne Guérette, analysent actuellement les données de circulation rassemblées par la Ville de Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer