Exclusif

La côte de l'Église à Boischatel remodelée

L'élargissement de la côte de l'Église, à Boischatel,... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'élargissement de la côte de l'Église, à Boischatel, permettra notamment d'atténuer le virage plutôt abrupt qui effraie plusieurs conducteurs.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Boischatel amorce un vaste chantier pour remodeler un de ses rares accès routiers, l'achalandée côte de l'Église. Maux de tête annoncés pour des milliers d'automobilistes.

«Il faut souffrir pour s'améliorer», commente le maire de la municipalité de l'est de la capitale, Yves Germain, en entrevue avec Le Soleil. Des mois de travaux seront nécessaires. Des milliers d'automobilistes devront passer par la seule autre route vers l'ouest, le pont de la rivière Montmorency. 

«C'est un projet vraiment majeur pour Boischatel, mais qui s'impose», insiste-t-il. «C'est le seul accès au boulevard Sainte-Anne.»

Habitués du coin, prenez une respiration! L'heure n'est pas encore à la fermeture de la côte. Les premiers appels d'offres viennent d'être publiés pour préparer le terrain. 

Afin d'arriver à ses fins, la Ville a dû acheter deux propriétés : une dans la courbe du centre, affectueusement appelée l'épingle; l'autre au pied de la côte. La première sera démolie quand les occupants auront déménagé. La seconde aurait une certaine valeur historique; on cherche donc dès maintenant un entrepreneur spécialisé pour la déplacer.

D'autres terrains, dont le cimetière, seront amputés d'une bande pour permettre l'élargissement souhaité de longue date. On escompte ainsi satisfaire les conducteurs apeurés par le serpentin, mais aussi les piétons et cyclistes qui auront des voies réservées sur les côtés de la route, explique le maire Germain.

Jusqu'à maintenant, aucune expropriation n'a été nécessaire. Il reste cependant quelques ententes «de gré à gré» à signer.

Boischatel entend avancer rondement. Dès l'hiver, les appels d'offres pour l'essentiel du projet de plusieurs millions de dollars seront publiés, le grand chantier devant s'activer à la fonte printanière. Durée de l'aventure? «Un bon six mois.»

Il faut dire que la Municipalité profitera de l'occasion pour refaire les réseaux d'égout et d'aqueduc. Et Hydro-Québec est dans le coup pour enfouir ses fils.

L'impact sur la circulation routière sera considérable, convient M. Germain. «90 % des gens qui quittent Boischatel, c'est pour aller vers l'ouest. S'ajoutent bon nombre de résidents de L'Ange-Gardien qui filent vers Québec. C'est majeur, ça concerne beaucoup de monde.»

Pas d'alternative

Boischatel cherche à améliorer l'accès à ses terres depuis des lunes. La population a crû, la circulation s'est accrue. «Ça fait plus de cinq ans qu'on travaille sur un lien intéressant entre le boulevard Sainte-Anne et l'avenue Royale», rappelle le maire. 

L'autre tracé évalué se serait toutefois révélé peu accommodant. «On a même tenté des études pour un deuxième lien, mais c'était impossible. [...] On a préféré aller dans le sûr.» Le remodelage de la côte de l'Église a été privilégié.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer