Peu d'options pour un troisième lien, estime Lessard

Le ministre Lessard se demande si les infrastructures... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre Lessard se demande si les infrastructures existantes pourraient accueillir plus de véhicules grâce à une reconfiguration des accès, l'ajout de voies ou même d'un second tablier.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'augmentation de la capacité automobile entre Québec et Lévis peut se faire à la hauteur des ponts actuels ou plus à l'est vers l'île d'Orléans, mais pas entre les deux, estime le ministre des Transports du Québec.

«Il n'y a pas 1000 solutions entre les ponts pis un tunnel à l'autre bout parce qu'entre les deux, c'est occupé, et il n'y a pas de place pour mettre une autoroute. T'as rien qu'à regarder sur le boulevard Champlain et te demander si tu mettrais une autoroute là, un tunnel ici. La réponse, c'est non tout le temps jusqu'à la pointe de Lévis», a fait remarquer vendredi Laurent Lessard lors d'une entrevue téléphonique au Soleil. Un troisième lien routier, «ça ne pourra pas être en plein Vieux-Québec et en plein Vieux-Lévis», a-t-il insisté.

Du côté des ponts, le ministre se demande si les infrastructures existantes pourraient accueillir plus de véhicules grâce à une reconfiguration des accès, l'ajout de voies ou même d'un second tablier. Dès la semaine prochaine, il mandatera ses fonctionnaires pour sortir les vieux calculs et en faire de nouveaux. Au besoin, ils pourront s'adjoindre des spécialistes de l'externe.

Du côté de l'île d'Orléans, M. Lessard considère un pont ou un tunnel, peut-être un mélange des deux. Il prévient toutefois : «On ne passera pas à travers l'île d'Orléans non plus.»

Même si les ingénieurs du ministère des Transports planchent sur un nouveau pont qui sera situé tout près de l'ancien et conservera une voie dans chaque direction, le grand patron demandera de faire des simulations avec plus de voies et un raccordement à un éventuel tunnel.

Pour le troisième lien lui-même, le professeur Bruno Massicotte, de Polytechnique Montréal, pourrait être appelé à examiner d'autres scénarios que le tunnel à quatre voies raccordant l'autoroute Jean-Lesage (20) à la hauteur de la route Lallemand à l'échangeur des autoroutes Félix-Leclerc (40) et Dufferin-Montmorency (440).

Dans tous les cas, le gouvernement du Québec veut une estimation des coûts. Car c'est là une variable importante du problème de congestion sur lequel il a convenu de se pencher avec les maires de Québec et de Lévis ainsi que ses collègues ministres responsables de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches.

Au lendemain d'une première rencontre au sommet sur ce thème, M. Lessard répète qu'il n'y aura pas de tunnel à 4 milliards $. Il refuse toutefois d'établir un budget maximal avant de commencer à regarder les options. Selon lui, il importe d'abord de savoir si les projets sont faisables et quels seraient les effets sur la circulation. «Si tout coûte 4 milliards $, on est dans un tout autre univers», admet-il cependant.

Promouvoir le SRB

M. Lessard compte sur les villes de Québec et de Lévis pour présenter leurs solutions à l'engorgement du réseau routier. Il suggère qu'un meilleur arrimage des autoroutes avec les rues municipales, en arrivant à Québec par exemple, pourrait favoriser l'écoulement du trafic. Il souhaite également que les municipalités fassent dès maintenant la promotion du futur système rapide par bus (SRB) auprès des citoyens, qu'elles démontrent les avantages attendus pour les utilisateurs et les effets plus globaux sur la circulation. «Il faut expliquer aux gens comment ça va être plus rapide», dit-il.

M. Lessard n'a pas encore d'échéancier pour les travaux qui s'amorcent. L'une des premières tâches du nouveau comité Mobilité Québec-Lévis tout juste recréé sera justement de planifier qui fait quoi et quand. Pour lui, il est toutefois clair que la priorité, c'est de savoir d'où viennent les automobilistes et où ils vont aux heures de pointe, que ce soit entre les deux rives ou à l'intérieur même de Québec et de Lévis. Car de là viendront les bonnes solutions. «Tout le monde a une idée, moi, je veux qu'on ait un projet», résume-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer