Les élus de la Chaudière-Appalaches veulent un pont ou un tunnel à l'est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les élus de la Chaudière-Appalaches demandent au gouvernement du Québec de construire soit un pont ou un tunnel qui traverse le fleuve à l'est de la Ville de Lévis.

Alors que le débat sur le troisième lien entre Québec et Lévis soulève les passions, les préfets des MRC de Chaudière-Appalaches et le maire de Lévis Gilles Lehouillier se sont entendus pour parler d'une seule voix. 

En conférence de presse jeudi au Centre des congrès de Lévis, la Table régionale des élus municipaux de la Chaudière-Appalaches (TREMCA) a martelé que construire un troisième lien à l'est de Lévis, à la hauteur de la route Lallemand, est la solution la plus logique. «Toutes les grandes villes ont un périphérique (...) Nous autres, ici à Québec, on a un entonnoir», illustre Hervé Blais, président de la TREMCA et préfet de la MRC de Bellechasse. 

La position géographique retenue par les élus de la région correspond à celle du tunnel sous-fluvial estimé à 4 milliards $ dans l'étude que le professeur Bruno Massicotte a réalisée pour le compte du ministère des Transports. Pour le maire Lehouillier, il ne faudrait surtout pas balayer cette possibilité tout de suite. «Le lien sous-fluvial, il est à portée de main», a-t-il soutenu. 

Oui, ce type de lien est très dispendieux, mais les maires soutiennent que ne pas le construire entraîne également des coûts et freine le développement de leur région. «Il faut pas le voir comme une dépense, mais comme un investissement», indique M. Blais. 

Pour étayer leur propos, les représentants des 10 territoires de la Chaudière-Appalaches commanderont une étude qui chiffrera les impacts de la congestion pour l'économie de leur région. Ils espèrent pouvoir faire connaître les résultats de cette étude d'ici un mois et demi. 

Dossier supra-régional

Pour les membres de la TREMCA, le dossier du troisième lien n'est pas que l'affaire de Québec et de Lévis. C'est un dossier supra-régional, qui intéressera les citoyens de tout l'est du Québec, de la Côte-Nord à Gaspé. 

Ils n'ont toutefois pas pris position à savoir si ce troisième lien devrait relier leur région à l'île d'Orléans. 

Chose certaine, ce pont ou ce tunnel servirait selon eux à améliorer la fluidité de la grande région de Québec, mais aussi à éviter aux camions lourds et aux voyageurs de passage de rentrer directement dans la ville, en servant de voie de contournement. C'est pourquoi ils réclament du ministère des Transports un certain leadership dans le dossier. 

Le maire Gilles Lehouillier et ses collègues espère que le gouvernement libéral aura pris un «engagement ferme» sur un scénario de troisième lien avant les élections de 2018. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer