Véhicules lourds électriques: Québec injecte 8,6 M$

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des autobus scolaires et des camions à nacelle 100 % électriques, c'est possible? Oui, soutient Québec, qui a annoncé une contribution financière à hauteur de 8,6 millions $ pour la recherche et le développement de quatre prototypes de véhicules lourds entièrement électriques, soit deux autobus pour le transport de personnes et deux camions pour le transport de marchandises.

Le projet qui réunit cinq partenaires est évalué à 17,2 millions $ et pourrait générer jusqu'à 1500 emplois sur une période de 10 ans. L'enveloppe du gouvernement provincial accordée au projet est issue du Fonds vert et est allouée dans le cadre du Plan d'action en électrification des transports 2015-2020. En tant que tel, le projet consiste à concevoir des véhicules lourds innovants 100 % électriques qui seront utilisés notamment dans le domaine de l'éducation, du transport en commun et de la machinerie. Pour ce faire, les entreprises AddÉnergie, Autobus Lion, TM4, Solution Adetel et Alcoa Canada associent leur expertise à chacune des étapes de la chaîne de production.

Pendant la première phase du projet, l'annonce créera 26 emplois. On estime à près de 1500 les postes indirects qui en découleront. D'ici 10 ans, la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, Dominique Anglade, parle d'une flotte de 10 000 à 12 000 véhicules (autobus seulement) qui sillonnera les routes du Québec. Selon Marc Bédard, président d'Autobus Lion, cette estimation est modeste puisqu'on doit y ajouter le potentiel du marché des camions lourds, qui est encore plus important. «Côté emplois, on pense aux ingénieurs, mais aussi aux machinistes et à toute personne minutieuse et intéressée au projet qui pourra joindre nos usines», mentionne-t-il. D'emblée, l'ensemble des partenaires a salué cette réalisation qui permettra de fournir des emplois en développement et fabrication ici, au Québec. Pour passer de la parole aux actes, Dominique Anglade a d'ailleurs voulu jouer au chauffeur d'autobus scolaire en fermeture de la conférence de presse.

Pour AddÉnergie, entreprise leader en bornes de recharge, le marché des véhicules lourds et semi-lourds est nouveau, mais allait de soi. «Quand on sait que cette industrie génère près de 18 % des gaz à effet de serre, c'est intéressant de s'y arrêter et la pénétration s'annonce bonne», affirme Louis Tremblay, pdg d'AddÉnergie. Concrètement, pour l'usine de production de bornes basée à Shawinigan, cette annonce promet de cinq à six embauches.

L'aluminium mis en valeur

Également, dans un souci d'allègement du poids du véhicule, une attention particulière sera accordée pendant la conception des véhicules à l'utilisation de l'aluminium, a précisé la ministre Anglade. Cette cible vise à poursuivre une autre stratégie gouvernementale, soit celle d'augmenter les activités de transformation de l'aluminium.

«Notre gouvernement soutient les entreprises qui combinent leurs efforts à ceux des centres de recherche pour développer des procédés novateurs et plus écologiques. Je salue l'engagement des partenaires de ce projet et leur volonté pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au sein du secteur du transport lourd», a-t-elle soutenu.

Mentionnons que le Québec devient ainsi la première province à mettre en place une stratégie complète visant la croissance et le rayonnement de tous les maillons de la chaîne de valeur de l'aluminium.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer