Le Front commun du taxi incite à la grève

Quelques dizaines de chauffeurs de taxi s'étaient rassemblés... (Archives La Presse, Patrick Sanfaçon)

Agrandir

Quelques dizaines de chauffeurs de taxi s'étaient rassemblés devant le palais de Justice de Montréal, le 26 septembre, alors que le Front commun tentait de faire suspendre les activités d'Uber.

Archives La Presse, Patrick Sanfaçon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Le Front commun du taxi incite tous les chauffeurs et propriétaires de taxis et de limousine à participer à une grève, mercredi prochain, pour contester la mise en oeuvre prochaine du projet pilote encadrant les activités du service Uber.

Par voie de communiqué, le Front commun a annoncé dimanche qu'il y aurait également ce jour-là des rassemblements dans la région de Montréal.

Le ministre des Transports Laurent Lessard a publié vendredi dernier un arrêté ministériel dans la Gazette officielle du Québec, ce qui signifie que le projet pilote sur Uber entrera en vigueur le 14 octobre.

Le Front commun a une fois de plus réclamé une rencontre d'urgence avec le premier ministre Philippe Couillard pour «trouver une issue à l'injustice scandaleuse» à l'égard des chauffeurs et propriétaires de taxis et de limousines, est-il écrit dans le communiqué.

Pour un «traitement équitable»

Dans son communiqué, le Front commun dénonce l'absence de contact entre lui et le cabinet du premier ministre depuis sa demande initiale exprimée mercredi.

«Nous demandons un traitement équitable, ont souligné les deux porte-paroles du Front commun, Benoit Jugand et Guy Chevrette. Nous nous demandons pourquoi Philippe Couillard juge urgent de signer une entente à minuit moins une avec une compagnie illégale, mais moins urgent de rencontrer les représentants de 22 000 travailleurs qui se font voler leur gagne-pain depuis deux ans. Est-ce pour mieux les exproprier?»

Le Front commun refusait toute demande d'entrevue, dimanche. Il annonce toutefois son intention de publier lundi une analyse de l'arrêté ministériel.

Le groupe a tenté à deux reprises de suspendre les activités d'Uber par la voie juridique, ce qui leur a été refusé chaque fois.

Le 8 septembre dernier, le gouvernement du Québec et Uber étaient parvenus à une entente in extremis sur les termes du projet pilote en question.

Dans le cadre du projet pilote d'un an, Uber se verra octroyer l'équivalent de 300 permis de taxis. La multinationale devra toutefois payer des taxes et impôts en plus de percevoir la TPS et la TVQ, notamment, en plus de verser des redevances. Elle devra également contribuer à un fonds de modernisation de l'industrie du taxi et appliquer un tarif minimum de 3,45$ par course comme pour les taxis.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer