Troisième lien: Labeaume change de cap

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Québec promet un «plan complet pour l'avenir de la mobilité» dans deux à trois semaines avec «certains éléments qui passent du long terme au moyen terme» concernant notamment un troisième lien routier avec Lévis.

Visiblement affecté par les sondages récents du FM93 et du Journal de Québec qui montrent un appui de la population au projet de troisième lien, Régis Labeaume a adapté son discours, mardi matin.

«Il y a une opinion qui s'est cristallisée à Québec. Les gens voulaient un troisième lien mais on ne sentait pas d'urgence venant des gens de Québec. Le signal qu'on a, c'est qu'ils veulent qu'on considère beaucoup plus rapidement», a-t-il lancé lors d'un point de presse en marge de l'inauguration du prolongement de la promenade Samuel-De Champlain, donnant vue sur les ponts congestionnés.

«Il faut prendre acte de ça et travailler en fonction de ce que les gens veulent. Il faut les écouter», a laissé tomber le maire.

«Ça veut dire que nous autres, à la Ville, notre planification à long terme pour certains aspects de la mobilité va devenir de la planification à moyen terme», a-t-il ajouté alors qu'il parlait du troisième lien. Le plan sur la mobilité, lui, sera «rationnel et cohérent», a-t-il promis. Il prendra également en considération «plusieurs éléments» pour améliorer la fluidité sur les routes.

Il y a quelques semaines, le maire de Québec qualifiait de «piège à cons» le dossier du tunnel Québec-Lévis, prévenant les citoyens que les politiciens allaient s'en servir pour gagner leur vote puis les laisser tomber en raison des coûts élevés d'un tel projet.

Le maire Régis Labeaume (au centre) a rencontré... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Le maire Régis Labeaume (au centre) a rencontré la presse en compagnie des ministres Sébastien Proulx, François Blais, Sam Hamad, mardi.

Le Soleil, Patrice Laroche

Le SRB «accepté»

M. Labeaume s'est réjoui que le sondage du Journal de Québec montre également un appui sans équivoque au projet de système rapide par bus (SRB) : «Le SRB est accepté, il n'a pas bougé en termes de désir du côté de la rive nord. Ça s'est bien cristallisé aussi.» Il a toutefois prévenu qu'il n'était pas question de ramener le tramway en lieu et place des autobus. Selon lui, ce choix est fait pour de bon et accepté.

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, a appuyé l'idée d'un nouveau plan de mobilité qui comprendra plusieurs solutions pour lutter contre la congestion routière. «On est à la recherche dans tout ça d'une vision globale. Et bien sûr, le passage du sud au nord, du nord au sud sur Lévis, c'est devenu de plus en plus important. [...] On ne doit pas attendre que la situation empire comme elle est devenue à Montréal avant d'agir», a-t-il fait valoir.

Pour M. Blais, c'est le début d'un processus. «Comme le maire l'a dit, on débute une conversation en ce moment avec lui. On va voir comment cette conversation-là se poursuit dans les prochaines semaines. Bien sûr, ça demeure une priorité pour le Conseil des ministres», a-t-il mentionné. 

Le titulaire des Transports, Laurent Lessard, a pour sa part avancé la date du 12 octobre pour une première réunion «de coordination» avec les maires de Québec et de Lévis et ses collègues ministres responsables des régions correspondantes. «Il faut se réapproprier le débat sur ça pis quantifier pis avoir un message ensemble sur ce qu'on doit faire pour les citoyens qui attendent tous les matins», a-t-il fait valoir.

Lessard veut que toutes les études soient dévoilées

Laurent Lessard veut «clairer la place» en dévoilant toutes les études produites par le ministère des Transports - et réclamées par la Coalition avenir Québec (CAQ) - pouvant amener de l'eau au moulin d'un éventuel troisième lien routier entre Québec et Lévis. 

«J'ai demandé aujourd'hui même formellement de rendre publique toute étude de lien ou de type technique qui ne nuirait pas à un appel d'offres. Je pense qu'il faut clairer la place», a déclaré aux journalistes le titulaire des Transports, dans les couloirs de l'Assemblée nationale. 

La semaine dernière, M. Lessard a demandé à ses fonctionnaires de ressortir toutes les données qui pourraient étoffer le dossier du troisième lien en vue de les partager avec les maires de Québec et de Lévis et les ministres responsables des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, puis de décider collectivement de l'orientation à donner aux prochaines études. Le ministre s'était aussi montré ouvert à les montrer au public. 

Lundi, la CAQ réclamait une commission parlementaire pour forcer la divulgation d'études sur le troisième lien évoquées dans un courriel par le directeur régional du MTQ, Jean-François Saulnier. La formation politique dit les attendre pour se prononcer sur la pertinence d'un tunnel Québec-Lévis estimé à 4 milliards $ par le professeur Bruno Massicotte. 

M. Lessard affirme qu'il n'y a rien de plus complet qui ne soit pas déjà public, que les documents auxquels référait le directeur régional font partie des études d'avant-projet du prochain pont de l'île d'Orléans. Certains passages pourraient être caviardés pour respecter les appels d'offres à venir, mais le but est clairement de clouer le bec à la deuxième opposition. «On veut en finir contre ces accusations qu'il y a une culture du secret» au MTQ, insiste l'attaché de presse Mathieu Gaudreault. 

«Diversion totale»

François Blais, ministre responsable de la Capitale-Nationale, a quant à lui qualifié l'offensive caquiste de «diversion totale». «Je pense que M. [Eric] Caire cherche une raison de s'exciter dans le moment. Le ministre [Lessard] l'a dit et l'a répété : il y a eu une étude, une vraie étude» sur le tunnel Québec-Lévis, a-t-il déclaré. «On ne les a même pas entendus dire : 4 milliards $, ça n'a pas de sens ou ça a un sens. On ne sait même pas où ils logent. Ils font de la diversion en ce moment.» Annie Morin avec Simon Boivin

Le SRB en priorité pour le PQ

Le Parti québécois semble donner priorité à la voie du service rapide par bus (SRB) plutôt qu'un troisième lien reliant Québec et Lévis. C'est du moins ce que laisse entendre la motion proposée par la seule députée péquiste de la région de Québec, Agnès Maltais, mardi, à l'Assemblée nationale. Dans sa motion conjointe avec la députée de Québec solidaire Manon Massé, Agnès Maltais a énoncé son désir que l'Assemblée nationale «demande au gouvernement du Québec de donner la priorité au développement du réseau de transport en commun à Québec et Lévis, cela s'avérant un moyen efficace, rapide et plus respectueux de la capacité de payer des contribuables que ne le serait un troisième lien afin de désengorger la circulation entre les deux villes, d'améliorer la qualité de vie des citoyens et de contribuer à atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre». Guillaume Piedboeuf

Ce qu'a dit le maire...

«Faisons l'étude, absolument. Ça veut dire qu'on n'entendra plus de conneries à l'avenir. Je préfère qu'on se fasse dire exactement combien ça coûte que se faire dire que ça coûte 500 millions $.»

- Le 31 mars 2014 à propos du besoin d'une étude pour déterminer les coûts d'un projet de tunnel qu'il jugeait irréaliste

«S'il y a des politiciens qui vous disent qu'ils sont pour et qu'il faut que ça se fasse, ils vous mentent. Ils vous invitent à un dîner de cons, pour vous prendre dans un piège à cons.»

- Le 26 août 2016 concernant le projet de tunnel

«On a toujours été contre le tunnel, on est encore contre le tunnel. À moins que le gouvernement nous dise qu'il va faire du péage, mais je n'ai pas vu ça dans l'étude.»

- Le 14 septembre 2016 à propos des coûts d'évaluation du tunnel à 4 milliards $

«J'appuie l'idée d'un troisième lien. J'appuie les gens de la Rive-Sud qui le souhaitent et même ceux de la Rive-Nord. Mais le SRB est devenu un incontournable. Une fois ça dit, pour les deux rives, en plus du SRB, il n'y a pas juste une façon [d'avoir un troisième lien].»

- Le 19 septembre 2016

«Les gens voulaient un troisième lien, mais on ne sentait pas d'urgence venant des gens de Québec. Le signal qu'on a, c'est qu'ils veulent qu'on considère beaucoup plus rapidement. Il faut les écouter.»

- Le 27 septembre 2016 à la suite de sondages montrant que les gens de Québec sont largement favorables au projet

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer