Labeaume et Lehouillier réticents à revenir dans le comité Mobilité Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Régis Labeaume et Gilles Lehouillier ne sont pas chauds à l'idée de faire partie du comité Mobilité Québec que le ministre des Transports veut voir revivre. Et s'ils embarquent, ce sera après avoir posé «leurs conditions».

«Je n'aime pas beaucoup les comités. J'ai souvent l'impression que ça ne donne pas grand-chose», a lancé le maire de Québec, Régis Labeaume, en exposant l'invitation faite par le ministre des Transports, Laurent Lessard, au maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et lui.

«Alors, M. Lehouillier et moi, on est en train de travailler sur les conditions qu'on veut établir pour devenir membre de ce comité. Inutile de vous dire que la première condition est que ça donne quelque chose au bout du compte.»

Les maires des deux rives promettent de revenir devant les journalistes «d'ici les prochains jours» pour les conditions et les orientations. 

Le comité Mobilité Québec-Lévis, créé en 2014 par le gouvernement de Pauline Marois, réunissait le ministère des Transports, les villes de Québec et de Lévis, le Réseau de transport de la Capitale, la Société de transport de Lévis et l'Association du camionnage du Québec. 

Son premier et seul mandat a été d'«évaluer la nécessité d'implanter de nouveaux mécanismes de coordination», a expliqué vendredi Alexandre Bougie, porte-parole du ministère des Transports. Or, après deux rencontres du comité directeur et autant du comité technique, les participants ont conclu qu'«il y avait déjà d'autres plateformes d'échange qui fonctionnaient bien». 

M. Bougie a donné l'exemple des chantiers sur le réseau routier, dont les municipalités et le Ministère discutent au fur et à mesure de leur planification et de leur réalisation pour éviter les surcharges et limiter la congestion. 

N'ayant pas de nouveau mandat, le comité Mobilité Québec-Lévis n'a pas été officiellement dissous, il est demeuré en veilleuse, inutilisé. 

«Pas de caution politique»

Vendredi, Régis Labeaume a dit qu'il n'était pas question, a-t-il dit, de «servir de caution politique» dans un comité relancé.

«On ne veut pas servir de caution politique. Ça ne nous intéresse pas. Si on a le sentiment que ça n'aboutira pas à quelque chose de précis avec de l'argent au bout, on n'ira pas», a-t-il tranché. 

Le nouveau président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a aussi été questionné sur la congestion routière vendredi en marge de Rendez-vous 2017 dont Desjardins est un commanditaire majeur. 

«Certains de nos employés nous manifestent certains irritants sur la congestion routière, le délai. Toute initiative que la Ville de Lévis va mettre de l'avant pour favoriser le transport en commun ou l'optimisation des infrastructures routières, on va saluer ça», a-t-il dit.

Est-il partisan d'un troisième lien? «Toute initiative qui peut être mise de l'avant va être accueillie favorablement. Si elle vient soutenir tout le développement pas seulement Desjardins, mais celui des entreprises, des entrepreneurs et des citoyens de Lévis, tout le monde est gagnant.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer