Lehouillier veut encore le tunnel Québec-Lévis, et vite

Croquis d'un tunnel sous-fluvial entre Québec et Lévis... (Graph Synergie)

Agrandir

Croquis d'un tunnel sous-fluvial entre Québec et Lévis

Graph Synergie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, considère que l'étude de faisabilité d'un tunnel Québec-Lévis «détruit des mythes» et permettra au dossier de progresser plus rapidement malgré une facture estimée à 4 milliards $.

Le maire de Lévis Gilles Lehouillier... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Lévis Gilles Lehouillier

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Le premier mythe qui tombe, selon M. Lehouillier, c'est celui de la faisabilité technique, confirmée malgré des sols mous du côté de la rive nord. L'autre mythe, c'est celui du raccordement au réseau routier existant, relativement facile avec l'autoroute 20 et la route Lallemand sur la rive sud ainsi que l'échangeur des autoroutes Félix-Leclerc et Dufferin-Montmorency au nord. «C'est une avancée importante», a martelé M. Lehouillier.

Celui-ci n'a pas voulu dire s'il serait raisonnable de payer 4 milliards $ pour un troisième lien sous-fluvial. «Il appartient au gouvernement de le déterminer», a-t-il d'abord avancé. Puis il a ajouté que «ce n'est pas un motif pour l'écarter».

Le maire de Lévis se réjouit d'ailleurs de voir trois ministres du gouvernement libéral, sa famille politique, plaider pour la poursuite des études. «Le gouvernement a l'intention d'accélérer le tempo, c'est ce que je décode», a-t-il laissé tomber avant de réclamer un échéancier et un programme plus précis. Lui-même voudrait que le scénario d'un tunnel en PPP ou à péage soit approfondi, tout comme l'option d'un nouveau tracé ou même d'un pont. Il plaide également pour la réalisation d'une analyse coûts/bénéfices et des retombées fiscales.

En conférence de presse à l'hôtel de ville, M. Lehouillier a jugé important de défendre le projet de service rapide par bus (SRB), qu'il refuse de voir comme un concurrent au troisième lien. Le premier doit améliorer la fluidité de la circulation à court terme, a-t-il plaidé, tandis que le second est un projet à long terme.

Des «miettes» pour Québec

«Pourquoi à Montréal, on est capable de faire le pont Champlain, on est capable de faire du transport en commun, on fait (l'échangeur) Turcot à 1 milliard $ pis nous, il faudrait se contenter des miettes? Y a-t-il moyen de pas se contenter des miettes dans la grande région de Québec qui connaît le plus grand développement au Québec actuellement?» a-t-il lancé.

M. Lehouillier refuse toujours de s'inquiéter de l'opposition du maire de Québec, Régis Labeaume, au projet de troisième lien, qu'il a déjà qualifié de «piège à cons». Selon lui, il est normal qu'il y ait des pour et des contre dans tout grand projet. «Cette divergence là ne nous empêche pas de continuer à travailler ensemble», assure le maire de Lévis.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer