Les taxis boycottent le Centre Vidéotron

Si une dizaine de taxis sont passés embarquer... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Si une dizaine de taxis sont passés embarquer des clients dans la demi-heure suivant la fin du match, il est clair qu'un boycottage avait été adopté par la vaste majorité des chauffeurs.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les chauffeurs de taxi de Québec sont passés de la parole aux actes, jeudi soir, boycottant presque en totalité le Centre Vidéotron à la fin de la partie préparatoire de la Coupe du monde de hockey entre l'Amérique du Nord et l'Europe.

Les chauffeurs de la région de Québec avaient promis un coup d'éclat au Centre Vidéotron, plus tôt en journée, jeudi, en réponse à l'entente entre le gouvernement provincial et Uber. Leur plan s'est clarifié, en soirée, alors que des milliers de partisans ont commencé à quitter l'amphithéâtre, après la partie de hockey. De la centaine de taxis prenant normalement place dans l'aire d'attente, près du Centre Vidéotron, vers 22h, lors d'événements d'envergure, il n'y avait aucune voiture, jeudi.

Si une dizaine de taxis sont passés prendre des clients dans la demi-heure suivant la fin du match, il est clair qu'un boycottage avait été adopté par la vaste majorité des chauffeurs. En fin de soirée, le directeur des communications et du marketing au Centre Vidéotron, David Messier, s'est dit déçu de la tournure des événements. «C'est une situation qui est déplorable pour ce soir. C'est dommage pour les gens qui sont venus assister au match. On avait réussi à remplir l'amphithéâtre pour démontrer la passion des gens de Québec pour le hockey et, malheureusement, la soirée se termine de cette façon. On va ravoir des discussions avec la Ville pour voir comment on peut régler la situation.»

«S'ils font ça, ils vont faire mal à notre réputation, et les Québécois vont les détester. Stratégiquement, ce n'est pas en faisant du grabuge qu'ils vont gagner», avait pour sa part prévenu le maire Régis Labeaume, avant la rencontre, mis au parfum du plan des taxis. L'opinion du maire n'a visiblement pas pesé lourd dans la balance.

Frustration

Si la situation était frustrante, après la rencontre, pour certains spectateurs qui attendaient en file à la pluie, principalement des touristes n'ayant pas été mis au courant de la situation, la plupart avaient anticipé l'absence de taxis et se sont dirigés vers les autobus, leur voiture ou des rues avoisinantes. Des employés du Centre Vidéotron suggéraient également du covoiturage et différents autobus aux gens laissés bredouilles à la sortie de l'amphithéâtre.

«Ce n'est pas moins inacceptable. On tente de s'occuper le mieux possible de nos clients. On avait laissé le restaurant à l'intérieur ouvert plus longtemps pour éviter que les gens attendent à la pluie. On a des navettes du RTC. On est un peu en mode solution», a expliqué David Messier.

Jeudi midi, près d'une centaine de chauffeurs de diverses coopératives de la région de Québec ont bloqué le boulevard René-Lévesque Ouest, face aux bureaux du ministère des Transports. La manifestation spontanée n'est que la première d'une longue série pour s'opposer à l'entente de dernière minute intervenue mercredi entre Uber et le gouvernement du Québec, qui légalise les activités du nouveau joueur dans l'industrie du transport.

«J'ai peur que ce soit la genèse de quelque chose qui n'est pas contrôlable, avance Hamid Nadji, président de la Corporation des propriétaires de taxis de la Capitale. Jusqu'à maintenant, on a pu contenir nos troupes depuis une année avec des manifestations organisées pacifiques, mais suite au projet pilote, ça risque de provoquer des actions isolées», soutient le représentant, accusant le gouvernement Couillard d'être le seul responsable de tout «dérapage».

Les taxis pourraient également manifester vendredi en marge du Grand Prix cycliste de Québec. «L'avenir de 22 000 familles est plus important que n'importe quel amusement», ajoute M. Nadji.

Pendant ce temps, Uber profite de la manne. En plein après-midi, alors que les taxis étaient occupés à manifester, les tarifs de la multinationale étaient multipliés par 1,9 dans la capitale pour refléter une demande de transports supérieure à l'offre. Les consommateurs en sont informés au moment de commander une voiture.

Il faut dire que tous les chauffeurs d'Uber n'ont pas osé reprendre la route puisque la loi 100 prévoit que les transporteurs illégaux perdent leur permis de conduire sur-le-champ. Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a laissé entendre qu'Uber pouvait poursuivre ses activités sans crainte, mais les contrôleurs routiers n'ont pas voulu confirmer que les opérations contre l'entreprise de «covoiturage urbain» étaient suspendues. Le projet pilote doit d'abord être étudié, a indiqué la porte-parole de la Société de l'assurance automobile du Québec, Audrey Chaput, ajoutant que l'organisation est «en attente de précisions»

Avec Jean-François Néron et Annie Morin

Partager

À lire aussi

  • L'entente avec Uber met le feu aux poudres

    Transports

    L'entente avec Uber met le feu aux poudres

    L'entente de dernière minute intervenue entre Québec et Uber a soulevé un vent de furie dans l'industrie du taxi qui promet de ne pas rester les bras... »

  • Québec s'entend avec Uber

    Transports

    Québec s'entend avec Uber

    Le gouvernement du Québec a confirmé en milieu de nuit, jeudi, qu'une entente en matière de covoiturage urbain avait été conclue sur les termes d'un... »

  • Uber: Labeaume appelle les taxis au calme

    Transports

    Uber: Labeaume appelle les taxis au calme

    Craignant des débordements de la part des chauffeurs de taxi furieux de l'entente entre le gouvernement et Uber, le maire de Québec, Régis Labeaume,... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer