Les négos entre Québec et Uber au point mort

Uber devait s'entendre avec le gouvernement sur un... (Patrick Sanfaçon, Archives La Presse)

Agrandir

Uber devait s'entendre avec le gouvernement sur un éventuel projet pilote avant l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi sur le transport de personnes ce jeudi 8 septembre à minuit.

Patrick Sanfaçon, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Gatineau

Une entente entre Québec et Uber semble de moins en moins probable: à moins de 24 heures de l'échéance, les négociations avec Uber sont au point mort, mais il y a confusion au gouvernement sur l'état des discussions.

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a indiqué mercredi matin que les négociations tournaient en rond, alors que le premier ministre Philippe Couillard a dit que les négociations se poursuivaient et que les «canaux de communication sont ouverts».

Rappelons qu'Uber devait s'entendre avec le gouvernement sur un éventuel projet pilote avant l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi sur le transport de personnes ce jeudi 8 septembre à minuit.

«Il y a eu des négociations avant que j'arrive, il y eu un dépôt de proposition par l'État, depuis ce temps-là, on peut dire que ça tourne un peu en rond», a fait savoir M. Lessard avant d'entrer à la séance du caucus présessionnel des élus libéraux à Gatineau.

«Mettons qu'on est dans une période difficile», a-t-il déclaré.

Toutefois, quand des journalistes ont demandé peu après au premier ministre pourquoi il n'y avait pas d'entente en vue, il a répondu: «Je n'ai pas dit ça. On négocie encore avec eux.»

M. Lessard a laissé entendre que les positions de Québec et d'Uber étaient difficilement conciliables.

Uber tient à ce que ses chauffeurs puissent prendre le volant quand bon leur semble, pour le temps qu'ils veulent, dans la zone qu'ils veulent, a laissé entendre le ministre, ce qui nuirait aux détenteurs actuels de permis de taxi, a-t-il poursuivi.

«Si personne n'a de limites, cela fait donc en sorte qu'il y a moins de travail pour les autres», a-t-il résumé avant de se lancer dans une analogie.

«J'ai dit à Uber: 'Vous voulez faire les hamburgers de McDonald's, ceux de Burger King, ceux de Harvey's, en plus de vos propres hamburgers. Donc, quand tu veux faire tous les hamburgers, il y a peut-être un problème pour ceux qui en font déjà.'»

Le ministre a rappelé que les activités de la multinationale étaient illégales et il a donné instruction à la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ) de sévir à compter de l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, en suspendant les permis et en saisissant les véhicules des conducteurs d'Uber.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer