L'étude sur le troisième lien bientôt rendue publique

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a assuré... (Graph Synergie)

Agrandir

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a assuré mardi matin que tout était mis en place pour dévoiler «le plus rapidement possible» l'étude commandée il y a un an. Sur l'image, le lien sous-fluvial Québec-Lévis, tel que présenté par la Chambre de commerce de Lévis en 2014.

Graph Synergie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pressé de toutes parts, le ministre des Transports, Laurent Lessard, rendra publique dans les prochains jours l'étude de faisabilité sur un éventuel lien sous-fluvial Québec-Lévis et mandatera son auteur, l'ingénieur Bruno Massicotte, pour en expliquer les tenants et aboutissants.

M. Lessard a assuré au Soleil mardi matin que tout était mis en place pour dévoiler «le plus rapidement possible» l'étude commandée il y a un an à Bruno Massicotte, professeur titulaire au Département des génies civil, géologique et des mines à l'Université de Montréal, qui travaillait déjà sur le dossier du nouveau pont de l'île d'Orléans.

«Elle a le droit, la population, de savoir parce qu'elle a payé pour ça», a lancé l'élu provincial au sortir d'une rencontre avec le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, tout juste revenu de vacances. Ce dernier a mis de la pression pour une publication rapide, comme l'a déjà fait son homologue de Québec, Régis Labeaume, et l'opposition à l'Assemblée nationale. 

Le ministre confirme que c'est une question de jours et non de semaines. Il tient à ce que l'ingénieur expert rencontre les journalistes pour expliquer sa démarche et ses conclusions. 

Le rapport a été reçu au printemps par le précédent titulaire des Transports, le démissionnaire Jacques Daoust, qui s'était engagé à le rendre public avant l'été. Cela n'a jamais été fait. Seul le premier ministre a évoqué que la faille Logan était sans danger, ce qui apparaît comme un consensus scientifique. 

M. Lessard a répété qu'il était pleinement conscient des problèmes de circulation rencontrés sur la Rive-Sud de Québec, lui qui habite Thetford Mines. «C'est clair que quand on vit de ce bord-ci, on ne peut pas être exempt de voir et de constater à tous les jours que le monde qui arrive de la Beauce par la 73 attend. J'arrive de l'autoroute 20 et j'attends jusqu'à la sortie Lagueux. À Lévis, on a des difficultés à accéder au pont et dans Lévis, le maire a ses défis, des investissements avec Desjardins et le centre de cancérologie», a-t-il développé. 

Avec le maire de Lévis, il a donc été convenu qu'une «cellule d'intervention prioritaire» sera mise en place pour explorer «à court terme, ce qu'on peut faire pour améliorer la fluidité». Cela «concerne tous les axes, parce que c'est une étoile de distribution ici, nord-sud et est-ouest», a précisé M. Lessard.

Gilles Lehouillier a évoqué notamment la reconstruction de l'échangeur Lagueux, déjà annoncée, et l'ajout d'une nouvelle sortie pour la rue Saint-Omer à partir de l'autoroute Jean-Lesage. Le maire a indiqué que l'aménagement d'une voie réservée au covoiturage dans l'accotement de la 20 ne faisait plus partie des plans. Le ministère des Transports a rejeté l'idée «pour des raisons de sécurité». Le projet d'élargissement des voies rapides est toutefois toujours dans les cartons. 

Prudents

Les deux élus ont réagi très prudemment aux propos du maire Labeaume, qui affirme que le dossier du troisième lien est un «piège à cons». «S'il y a des politiciens qui vous disent qu'ils sont pour et qu'il faut que ça se fasse, ils vous mentent», a-t-il déclaré vendredi au Soleil, prenant pour acquis que l'ouvrage pourrait coûter autour de 5 milliards $.

«Le maire Labeaume a son style et sa façon d'imager les choses», a souligné M. Lessard, qui assure travailler «à livres ouverts» tant avec ses collègues politiciens qu'avec la population. 

«Ça fait quelques années que je travaille avec Régis et je connais son style. C'est le genre de gars qui fait avancer des dossiers», a poursuivi M. Lehouillier, se défendant bien de vouloir berner les citoyens. «Chacun a droit à sa position. Actuellement, la population de Lévis est en faveur d'un troisième lien. Maintenant, on va voir avec l'étude de faisabilité ce qu'il en est. Est-ce que c'est au point faramineux que ça n'a pas de bon sens? On verra. Est-ce qu'il y a d'autres solutions alternatives éventuellement? On verra. Mais c'est sûr que ce lien-là va rester dans l'actualité encore des années parce qu'il y a un problème réel.»

Le caquiste Éric Caire est revenu à la charge pour demander que «toutes les études» réalisées sur un troisième lien Québec-Lévis soient rendues publiques en même temps. Selon un échange interne au MTQ, des travaux ont été effectués lors de la planification du pont de l'île d'Orléans. «Ils veulent nous donner un os à gruger, mais les vraies études restent bien cachées dans les tiroirs de Laurent Lessard», est convaincu le député de La Peltrie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer