Uber peut être bénéfique, croit Lessard

Uber deviendra un «bénéfice pour la population» si elle se soumet à la loi... (AFP, Mark Ralston)

Agrandir

AFP, Mark Ralston

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Uber deviendra un «bénéfice pour la population» si elle se soumet à la loi québécoise et paie ses taxes et impôts, estime le nouveau ministre des Transports, Laurent Lessard.

Quatre jours après sa nomination, le ministre a plongé mardi tête première dans le dossier controversé qui a été à la source de bien des misères pour ses prédécesseurs Robert Poëti et Jacques Daoust.

M. Lessard semble s'inscrire dans la continuité. Il saute dans un train en marche, remarque-t-il, après l'adoption forcée en juin d'une loi sur les services de transport et les négociations entamées avec Uber en vue d'un projet-pilote.

Pas question de toucher aux paramètres de la loi qui définiront le projet-pilote pour Uber, assure le ministre. Elle prévoit notamment la nécessité pour les chauffeurs d'Uber d'obtenir comme les autres une formation particulière, d'obtenir un permis, d'être soumis à des vérifications de sécurité et à des inspections de leur véhicule.

«C'est avec ça qu'on travaille pour voir si le projet-pilote peut être réalisé avec Uber», a assuré le ministre Lessard, mardi. 

«Tant et aussi longtemps qu'ils [Uber] restent de bons joueurs corporatifs, qu'ils paient ses impôts et font leur prélèvement de taxes... a énuméré le ministre Lessard. On travaille sur le service à la population. Ça améliore le service à la population. On est capable de l'accepter dans le cadre actuel. Ça sera un bénéfice pour la population.»

La loi entrera en vigueur le 8 septembre. Québec et Uber ont jusque-là pour convenir des modalités du projet-pilote. Les négociations ne sont pas terminées et le ministre s'attend à ce qu'on lui ait «gardé les points durs les plus durs pour la fin». 

Un malaise

Le ministre Lessard reconnaît son malaise par rapport au fait qu'Uber n'a pas cessé ses activités illégales depuis le début des négociations sur son projet-pilote. «Quand on prend des engagements, il faut être capable de les tenir, a lancé le ministre. Celui-là, de toute évidence, ils ne l'ont pas réalisé.»

Du côté du Comité provincial de concertation et de développement de l'industrie du taxi, le porte-parole Guy Chevrette donne le bénéfice du doute à celui qu'il surnomme «le troisième ministre». Mais il prévient qu'il aura de la difficulté à retenir certaines personnes si leurs espoirs sont déçus. Il ne s'agit pas de «chantage», mais d'un «constat». Il admet que certains groupes sont déjà hors de contrôle. Et il parle de risques «évidents, imminents et inquiétants». 

«On espère que vous allez suivre la loi du gros bon sens, a déclaré M. Chevrette à l'intention du ministre. Si on donne au citoyen l'impression que l'illégalité est payante, on aura de la difficulté à contrer certaines actions plus perturbantes.»

Pas question d'accepter qu'Uber échappe au versement des taxes et impôts qui auraient dû être versés depuis son implantation au Québec, martèle M. Chevrette. Il s'agirait d'un «scandale», croit-il. 

Dès l'entrée en vigueur de la loi, qui prévoit des pénalités beaucoup plus sévères, les taxis entendent dénoncer tout chauffeur qui ferait du transport illégal. Des plaques d'immatriculation et des visages ont déjà été photographiés, note M. Chevrette. 

Critiques du PQ

Au Parti québécois, la députée Martine Ouellet exhorte le nouveau ministre des Transports à maintenir l'engagement de ses prédécesseurs à ne «pas créer deux classes de taxis». Pas question d'octroyer aux chauffeurs d'Uber des avantages dont ne bénéficie pas l'industrie traditionnelle, tranche-t-elle. Uber est une multinationale qui «fait du taxi illégal, ne paie pas ses taxes et se cache dans les paradis fiscaux», a-t-elle martelé.

La Coalition avenir Québec a pour sa part demandé au nouveau ministre des détails sur l'avancement de ses négociations avec Uber. Le leader parlementaire caquiste François Bonnardel juge «extrêmement inquiétant» qu'aucun signe de progrès n'ait été montré à deux semaines de l'échéance fixée. 

«Est-ce que ça avance bien? demande M. Bonnardel. Est-ce qu'on peut s'attendre à ce que l'industrie [Uber] va cohabiter avec l'industrie du taxi le 8 septembre? Je pense que M. Lessard nous doit des réponses.»

Régis Labeaume a rencontré le nouveau ministre provincial... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Régis Labeaume a rencontré le nouveau ministre provincial des Transports, Laurent Lessard, mardi.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Le maire en faveur d'un projet pilote

Régis Labeaume se dit lui aussi favorable au développement d'Uber dans la capitale, pourvu qu'il s'agisse d'«un Uber légal, qui paye tous ses impôts au Québec. Ça, c'est bien important», insiste-t-il. 

«Il devrait y avoir un projet pilote, c'est ce que dit le projet de loi [100], et le projet pilote est bon pour tout le Québec, donc ça inclut Québec. Et nous, on a un intérêt là-dedans», a indiqué le maire Labeaume lors d'un point de presse mardi en présence du nouveau ministre des Transports, Laurent Lessard. 

Samedi soir dernier, Régis Labeaume a évoqué la présence d'Uber à Québec en constatant les délais d'attente pour un taxi à la sortie du spectacle de Céline Dion au Centre Vidéotron. «À partir de maintenant, je n'exclus aucune hypothèse. Je vais remettre sur la table le dossier d'Uber.» 

Ce n'est pas la première fois que Régis Labeaume considère Uber pour améliorer le service de raccompagnement au Centre Vidéotron. Au lendemain, en mai, de la signature de l'entente entre la Ville et les taxis de Québec à propos des soirs de grands événements à l'amphithéâtre, le maire s'était questionné à savoir comment il pourrait fonctionner sans Uber. Jusqu'à maintenant, Régis Labeaume a toutefois reproché à l'entreprise de ne pas être «fiscalement responsable». 

Avec Camille B. Vincent

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer