Exclusif

Le bus en tout temps... payé par tous

Le laissez-passer universel permettrait aux étudiants et aux... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le laissez-passer universel permettrait aux étudiants et aux employés du cégep Garneau de monter à bord des autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) gratuitement et en tout temps, en échange d'une contribution payable par tous.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Cégep Garneau lance l'idée d'instaurer un système de laissez-passer universel, qui permettrait à ses étudiants et à ses employés de monter à bord des autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) gratuitement et en tout temps, en échange d'une contribution payable par tous.

«On veut connaître les habitudes de déplacement de nos étudiants et de notre personnel et voir s'il y a une volonté ou non d'adhérer à ce type de projet là», soutient Sylvie Fortin, directrice des communications du Cégep Garneau.

Un sondage sur les modes de transport de ceux qui fréquentent le Cégep Garneau sera lancé le 19 septembre. Une question précise sur le laissez-passer universel sera posée. Il ne s'agit toutefois pas d'un référendum, indique Mme Fortin.

«On aimerait offrir quelque chose d'aussi intéressant qu'à Sherbrooke, où tous les étudiants à temps plein ont automatiquement accès à l'autobus [...] C'est un sujet délicat, mais on croit que c'est un sujet d'avenir», ajoute Mme Fortin.

Mais comment serait financé ce laissez-passer universel? Par le cégep, les étudiants, le RTC? «Pour ce qui est des paramètres financiers, on en est vraiment pas là», indique Mme Fortin. Le cégep, qui doit composer avec des stationnements remplis à pleine capacité, aimerait aussi offrir une plateforme pour le covoiturage.

L'institution travaille en fait à bâtir un véritable plan de gestion des déplacements, question d'améliorer son accessibilité. Ce plan devrait être déposé en février 2017.

Discussions

En marge d'un point de presse jeudi, le président du RTC, Rémy Normand, a souligné que la question du laissez-passer universel est revenue dernièrement dans les discussions entre son organisme et les établissements d'enseignement supérieur de Québec, soit les cégeps et l'Université Laval. «On a des discussions régulièrement sur ce sujet-là», a-t-il indiqué. 

Par contre, il n'a pas voulu s'avancer sur les modalités d'un tel laissez-passer, sur son financement ni sur l'avancement des pourparlers. «Toute la question du laissez-passer universel, c'est pas le RTC qui a la définition. C'est assez complexe, c'est pas simple comme application. C'est pas nous autres qui avons la clé, c'est les institutions d'enseignement. Nous, on les accompagne dans ça.»

À l'Université Laval, l'association étudiante de 1er cycle, la CADEUL, indique que l'idée d'un laissez-passer universel est inscrite dans le plan directeur cette année, mais qu'elle ne constitue pas une priorité pour la rentrée. L'Université Laval se contente quant à elle d'accompagner les étudiants dans leur démarche. «On est partenaires des étudiants là-dedans, on les appuie», indique le porte-parole Samuel Auger.

Le cégep Garneau travaille à bâtir un véritable... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Le cégep Garneau travaille à bâtir un véritable plan de gestion des déplacements, question d'améliorer son accessibilité.

Le Soleil, Yan Doublet

Les étudiants de l'Université Laval ont tenté à deux reprises par le passé d'instaurer un laissez-passer universel. Des tentatives qui n'ont pas encore porté fruit. En 2010, 75 % des étudiants de l'Université Laval avaient voté en faveur d'un tel laissez-passer. Pour 60 $ par session, ils auraient pu monter à bord d'un autobus du RTC ou de la Société de transport de Lévis gratuitement, en tout temps. La mesure aurait coûté 6,7 millions $ au RTC, qui a toutefois refusé de payer la facture, par souci d'équité avec les autres usagers. 

En 2013, la proposition est revenue sur la table, mais Raymond Dion, l'ancien président du RTC, a répété qu'il fallait qu'un tel laissez-passer soit mis sur pied «à coût nul» pour l'organisme de transport. Le RTC a tout de même commandé une étude au même moment sur les avantages et les inconvénients d'une telle mesure. 

Un système de laissez-passer universel a été instauré à l'Université de Sherbrooke en 2004. Tout d'abord gratuit, il est maintenant en partie financé par les étudiants. Un système semblable existe également à l'Université d'Ottawa depuis 2010. Tous les étudiants paient environ 140 $ par session pour avoir accès au système de transport en commun à Ottawa et à Gatineau.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer