L'aéroport de Québec veut collecter 4$ par course de taxi

L'argent collecté permettrait à l'aéroport d'agrandir et de... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

L'argent collecté permettrait à l'aéroport d'agrandir et de déplacer le bassin d'attente qui sert aux taxis.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'aéroport international Jean-Lesage veut demander aux passagers qui prennent le taxi de payer un supplément de 4 $ pour chaque course qui se fera à partir de ses installations. Ce montant servirait à améliorer les aires d'attente des taxis et la qualité du service, plaide-t-il.

Dans sa requête faite auprès de la Commission des transports du Québec, l'aéroport de Québec demande aussi une surcharge de 7,50 $ pour les transports en limousine.

L'argent collecté permettrait à l'aéroport d'agrandir et de déplacer le bassin d'attente qui sert aux taxis. L'aéroport aimerait mettre en place un système de puces électroniques, avec guérite automatisée, qui permettrait de mieux gérer la fluidité des taxis. Le bassin d'attente pourrait accueillir de 70 à 125 voitures. Il projette également de construire un bâtiment de service pouvant accommoder 20 chauffeurs de taxi, avec toilettes, tables et écrans de télé. Des travaux qui oscilleront entre 2 et 3 millions $.

«Ces choses-là, il faut que ça se paye. Nous, on fait du transport aérien, ce n'est pas notre mission de faire du transport terrestre», soutient Mathieu Claise, porte-parole de l'aéroport international Jean-Lesage. M. Claise fait valoir que l'aéroport de Québec est le seul aéroport à vocation internationale au pays à ne recevoir aucune forme de redevance de la part des taxis qui le desservent.

À l'aéroport Montréal-Trudeau, les chauffeurs de taxi doivent payer un permis coûtant 3600 $ par année pour avoir le droit d'y prendre des clients. Ces permis sont tellement populaires qu'un système de loterie a été instauré pour sélectionner ceux qui ont le droit d'en acheter. La course ne coûte pas plus cher au client. «Pour le moment, on n'a pas l'intention de changer notre façon de faire et demander un tarif à la course», a indiqué Marie-Claude Desgagnés, conseillère aux affaires publiques des Aéroports de Montréal.

En pleine croissance

L'aéroport de Québec plaide qu'elle débourse déjà pour augmenter la qualité de service des taxis. Elle a entre autres engagé un répartiteur l'an dernier, afin qu'il y ait des taxis en quantité suffisante aux heures de pointe. En pleine croissance, l'aéroport sera en chantier jusqu'en 2019 pour parvenir à agrandir son aérogare, ce qui représente des travaux de 325 millions $.

Pour le client, ces 4 $ supplémentaires seraient ajoutés directement au taximètre lors de la course, seulement pour sortir de l'aéroport. Il n'y aurait aucuns frais supplémentaires pour entrer à bord d'un taxi.

L'aéroport prévoit que l'argent sera collecté par les chauffeurs, remis aux intermédiaires de taxi, puis retourné à l'aéroport sous forme de redevances. Elle calcule qu'environ 35 % de sa clientèle actuelle prend le taxi, le seul mode de transport public qui dessert son territoire.

Dans le document remis à la Commission des transports du Québec, l'aéroport considère comme «injuste» de refiler la facture aux chauffeurs de taxi directement, étant donné leurs faibles revenus. D'où la proposition de faire payer les passagers. L'aéroport ajoute qu'il «ne s'agit pas d'une proposition controversée, les intervenants des industries du taxi et du tourisme, ainsi que les acteurs économiques de la Ville de Québec étant d'accord avec celle-ci».

En effet, l'entreprise Taxi Laurier et l'Office du tourisme de Québec sont favorables à cette demande de surcharge. «On a tout intérêt à ce que les touristes qui arrivent par l'aéroport se sentent bien accueillis et pris en charge», indique Rose-Marie Ayotte, agente de communication pour l'Office du tourisme.

«L'aéroport nous a dit que ça n'aurait pas d'incidence sur l'achalandage. Les clients ne s'opposeront pas à ça, mais il va falloir leur offrir un excellent service», indique pour sa part Elizabeth Hamel, directrice générale de Taxi Laurier.

Des audiences publiques auront lieu pour débattre de cette question le 12 septembre à Québec. Tous ceux qui voudraient donner leur avis ou déposer un mémoire sont invités à communiquer avec la Commission des transports du Québec avant le 5 septembre.

Cette demande de l'aéroport survient alors que les Québécois attendent toujours de voir quel sort sera réservé au service de transport Uber dans la province. Pour le moment, Uber a choisi de ne pas desservir directement les aéroports de Montréal et de Québec.

Comment gérer l'argent?

«Un des problèmes que je vois, c'est la gestion de cet argent-là. Comment on va faire pour répartir l'argent, surtout sur les transactions par carte de crédit? Je sais pas si ça va être gérable», commente Luc Selesse, porte-parole du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ), dont fait partie la coopérative Taxi-Coop.

Le RITQ n'a pas encore donné son accord à l'aéroport international Jean-Lesage sur cette surcharge, croyant qu'il reste plusieurs points à discuter. «On n'est pas pour, on n'est pas contre, alors on veut se rasseoir avec l'aéroport pour trouver un compromis», ajoute M. Selesse.

Selon lui, il serait beaucoup moins compliqué que le chauffeur qui arrive à l'aéroport paie directement sa redevance à la guérite et qu'il se rembourse ensuite sur le montant qu'il demande au client.

«C'est sûr qu'on comprend que l'aéroport a besoin d'argent pour tous ses agrandissements, mais on trouve aussi que 4 $ de plus, c'est un gros montant. C'est peut-être psychologique, mais là, la course coûterait près de 40 $. Comment on explique ça aux touristes, aux petites familles?» soutient M. Selesse.

S'étant toujours «bien entendu» avec la direction de l'aéroport, M. Selesse est toutefois convaincu d'en arriver à une entente qui serait gagnante pour les taxis, pour l'aéroport et pour les clients.

Tarif actuel d'une course en taxi, fixé par la Commission des transports du Québec

QUÉBEC

Entre l'aéroport Jean-Lesage et le centre-ville : 34,25 $

Entre l'aéroport Jean-Lesage et Sainte-Foy : 15 $

MONTRÉAL

Entre l'aéroport Montréal-Trudeau et le centre-ville : 40 $

Tarif minimal : 17 $

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer