Cet été, les postes frontaliers seront aussi occupés que l'an dernier

L'Agence des services frontaliers du Canada s'attend a... (Photo François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

L'Agence des services frontaliers du Canada s'attend a comptabiliser quatre millions d'entrées au Québec pour le trimestre d'été comprenant juin, juillet et août.

Photo François Roy, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

L'Agence des services frontaliers du Canada s'attend a comptabiliser quatre millions d'entrées au Québec, pour le trimestre d'été comprenant juin, juillet et août, soit à peu près le même nombre qu'en 2015.

Selon Jacqueline Roby, porte-parole de l'Agence, cette donnée tient compte des entrées via les postes frontaliers terrestres et aériens au Québec, entre autres de Canadiens revenant des États-Unis.

Les vacanciers se déplaçant en auto inquiets de possibles longues files d'attente aux postes frontaliers, notamment au sud de Montréal, ont toutefois des outils pour éviter les heures de pointe en planifiant leur retour au pays en fonction des informations fournies sur le site de l'Agence.

Ainsi, on peut y voir un tableau des temps d'attente à la frontière en temps réel, avec une mise à jour effectuée chaque heure et ce, pour chacun des trois principaux postes que sont Saint-Bernard-de-Lacolle et St-Armand-Philipsburg en Montérégie, et Stanstead, dans les Cantons de l'Est.

L'autre outil donne un portrait des tendances de déplacements. Ainsi, un dimanche après-midi d'été est généralement une période à éviter. Pour avoir un meilleur portrait, il suffit de consulter les statistiques colligées à la frontière.

Ces mesures peuvent aider les voyageurs à planifier leurs déplacements et à éviter les périodes de pointe.

S'armer de patience

Mme Roby rappelle que l'Agence fait tout en son pouvoir que l'entrée eu pays se fasse rapidement, mais elle convient aussi qu'il faut s'armer de patience étant donné que l'on se trouve dans les grandes périodes de vacances.

Aussi, la planification du retour au pays passe par la nécessité d'avoir en mains tous ses documents comme le passeport ou les reçus obtenus lors des achats de produits en sol américain.

On peut rapporter une certaine quantité l'alcool ou de tabac en tout temps au pays. Mais on doit payer des droits de douane et des taxes si on était hors du pays pour une période de moins de 48 heures. Un guichet est prévu aux postes frontaliers pour acquitter les sommes dues.

Toutefois, le voyageur qui a quitté le pays plus de 48 heures a beaucoup plus de marge de manoeuvre. La limite des exemptions personnelles qu'il peut réclamer est de 800$, et dans ce cas, cela comprend l'alcool et le tabac, sous réserve des limites établies par les autorités provinciales.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer