Pas de voie réservée sur Laurentienne

La volonté du ministère des Transports de réserver... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La volonté du ministère des Transports de réserver l'élargissement aux autobus, aux véhicules électriques et au covoiturage a fait grincer des dents dans la région depuis plusieurs mois.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'autoroute Laurentienne sera élargie sans voie réservée, annonce le ministre François Blais, contrairement à ce que prévoyait la «politique un peu mur à mur» du ministère des Transports.

Après deux annonces ratées qui ont soulevé l'ire du maire de Québec, Régis Labeaume, et de plusieurs automobilistes, le ministre responsable de la région a confirmé jeudi l'élargissement vers le sud entre la rue de la Faune et le boulevard Louis-XIV.

L'idée d'une voie réservée aux autobus, aux voitures électriques et au covoiturage, sur le modèle de l'autoroute Robert-Bourassa, est reléguée aux oubliettes. Le tronçon de 4 km sera accessible à toutes les voitures en tout temps.

«La voie réservée venait d'une politique un peu mur à mur du ministère des Transports qui veut que toute troisième voie au Québec serait munie d'une voie réservée, a expliqué le ministre Blais au Soleil. J'en ai parlé à mon collègue [et ministre des Transports] Jacques Daoust qui est très pragmatique. Il a très bien compris qu'il n'y a pas beaucoup d'autobus qui circulent en ce moment sur Laurentienne nord.»

L'automne dernier, une conférence de presse a été annulée en catastrophe après l'opposition de dernière minute du maire à la voie réservée. Le projet est alors retourné sur la planche à dessin. Quelques mois plus tard, il est réapparu, presque identique, avec un kilomètre de moins, mais toujours avec la voie réservée. Rebelote: le maire de Québec est monté aux barricades.

Le ministre Blais explique qu'il a été mal aiguillé sur le dossier lorsqu'il a pris la responsabilité de la région de Québec. «C'est un dossier qui traînait depuis un certain temps, explique-t-il. Il y avait eu une annonce ratée. Quand je suis arrivé, on m'a donné des informations qui n'étaient pas tout à fait exactes.»

Promesse électorale

L'élargissement était une promesse électorale de sa collègue libérale Véronyque Tremblay, élue dans Chauveau il y a un an. M. Blais estime avoir contribué au «déblocage» du dossier en organisant «des rencontres qui n'avaient pas eu lieu et qui avaient été demandées» par les acteurs concernés.

Les derniers chiffres ayant circulé prévoyaient une facture de 14 à 17 millions $ et un début des travaux à l'automne 2016.

D'autre part, des discussions ont cours quant à la volonté du maire Labeaume de voir la Laurentienne élargie jusqu'à Dorchester. «Je comprends très bien cette avenue, affirme le ministre Blais. Elle ajoute de la cohérence et des éléments de sécurité, notamment dans les sorties du secteur Soumande. Il y a des évaluations de coût dont il est trop tôt pour parler. Mais je peux vous dire que ça va assez bien.»

L'annonce de l'abandon de la voie réservée n'a pas plu à tous. Il s'agit selon Accès transports viables et le Conseil régional de l'environnement (CRE) de la capitale d'une «mauvaise décision». Par voie de communiqué, le directeur général d'Accès transports viables, Étienne Grandmont, a dénoncé la «très grande incompréhension» du gouvernement Couillard «des enjeux de mobilité des personnes et de l'aménagement du territoire». «Il semble que le gouvernement n'ait pas encore compris que les élargissements d'autoroutes ne sont pas une solution à long terme pour régler la congestion, éviter l'étalement urbain, préserver notre territoire agricole, protéger nos sources d'eau potable et réduire nos gaz à effet de serre», plaideM. Grandmont.

Pour sa part, le ministre Blais ne voit «rien qui va contre le transport en commun» dans son annonce. «Il faut voir les gens qui attendent exactement à cet endroit à chaque matin, fait-il valoir. Il fallait penser à ces gens-là. Et une autoroute, c'est fait pour des générations. On verra pour la suite.»

Notre appel pour connaître la position du ministre de l'Environnement David Heurtel dans le dossier était toujours sans réponse jeudi, en début de soirée. Le Parti québécois n'a pas souhaité réagir.

La CAQ se réjouit

À la Coalition avenir Québec, le député de Lévis François Paradis se réjouissait du «recul» du gouvernement sur la voie réservée. Il y voit la démonstration que lorsque la population se mobilise contre une décision, elle peut avoir gain de cause. Il s'inquiète toutefois que les libéraux aient eu besoin d'autant de signaux pour se «connecter» sur le quotidien des citoyens.

M. Paradis s'attriste par ailleurs que le projet d'élargissement d'origine, qui commençait un kilomètre plus haut, à la sortie George-Muir, ait été réduit pour commencer à la rue de la Faune. Cette portion demeurera congestionnée, prévoit-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer