Pont de Québec: le maire Lehouillier perd patience

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, suggère d'échelonner... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, suggère d'échelonner les travaux d'entretien du pont de Québec sur «15-20 ans» et de créer un fonds dédié qui «pourra être garni» au besoin.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, en a assez du «taponnage» concernant la peinture du pont de Québec. Il réclame une rencontre le plus rapidement possible afin de commencer les travaux «avec ce qui est sur la table».

Gilles Lehouillier a montré des signes d'impatience concernant le pont de Québec, samedi, lorsqu'appelé à réagir aux propos d'un représentant du Canadien National (CN) parus dans Le Soleil du jour.

Olivier Chouc, vice-président aux affaires juridiques de l'entreprise ferroviaire, affirmait dans nos pages que le ministère des Transports du Québec (MTQ) était conscient, en signant un bail en 2013, qu'il ne pourrait imposer les travaux de peinture à l'entreprise propriétaire du pont.

«Le CN a clairement indiqué qu'il ne lui appartenait pas de mettre en valeur le pont et que le MTQ devrait assumer seul les coûts d'une telle mise en valeur. Le MTQ et le CN ont convenu de limiter les travaux aux seuls travaux nécessaires pour assurer la viabilité à long terme du pont», a-t-il exprimé.

Cette sortie du CN a fait sourciller le maire de Lévis. «C'est curieux ce qu'on entend ce matin, ce qu'on lit dans les journaux. [...] Le motif de la création du groupe de travail, c'était de dire : "cessons de se parler par médias interposés, créons un groupe de travail pour qu'on se dise franchement les choses". Or on apprend tout par les journaux. Alors on revient à la case départ. Je ne sais pas si vous voyez un peu le ridicule de la chose...» a-t-il déclaré d'entrée de jeu, en marge d'une conférence de presse.

M. Lehouillier a évoqué un apparent «jeu de coulisses» entre certains acteurs du dossier, sans toutefois les nommer. On devine qu'il fait référence au gouvernement fédéral et au CN, qui sont tour à tour sortis dans les médias dans les dernières semaines pour faire passer leurs messages.

Les députés libéraux de la région, Joël Lightbound et Jean-Yves Duclos, ont tous deux remis en doute la nécessité de peinturer le pont au coût de 350 à 400 millions $, surtout considérant qu'il était sécuritaire. Ils ont également fait référence au bail entre le MTQ et le CN.

«On sent qu'il y a de la stratégie là-dedans, on n'est pas dupes. Nous, on n'embarque pas dans ce jeu de coulisses. Québec et Lévis ont toujours fonctionné à visières levées», a poursuivi M. Lehouillier.

Ce dernier a refusé de blâmer le MTQ et croit que le CN tente de trouver un levier pour ne pas s'impliquer dans l'entretien esthétique du pont. Il appelle désormais à maintenir les discussions ouvertes. «Je pense qu'on aurait intérêt à continuer à se réunir. [...] Pour nous, la nouvelle, c'est que quelqu'un quelque part a dit qu'il y aurait une rencontre. On veut une date.»

Lancer les travaux

Le maire de Lévis entend proposer de commencer les travaux de réfection le plus tôt possible. «Au lieu de taponner comme on fait là, est-ce qu'il y a moyen qu'on commence à faire quelque chose avec ce qu'il y a sur la table? Au moins on ferait amende honorable. La section centrale semble la plus rouillée alors est-ce qu'il y a moyen de faire un petit quelque chose sur la section centrale?» a-t-il demandé, sans préciser l'argent qui serait disponible au départ.

«C'est pas vrai qu'on va mettre 400 millions $ en un an. C'est quelque chose qui va s'échelonner sur 15-20 ans. [...] Créons-nous un fonds qui pourra être garni à mesure qu'on en a besoin.»

Le provincial a pour sa part réagi par la bouche du ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais. «Pour nous il n'y a rien de nouveau. [L'entente], c'est un argument que le CN a déjà dit. On s'attend toujours à ce qu'ils soient de bons citoyens corporatifs là-dedans», a dit son attaché de presse, Simon Laboissonnière.

«On sent que le gouvernement fédéral était un peu d'accord avec ce que le CN disait», a-t-il ajouté, invitant le fédéral à honorer sa promesse électorale. «On espère qu'ils ne vont pas prendre le côté du CN, mais bien lui des citoyens et de la région de Québec.» Le gouvernement Trudeau est pour l'instant prêt à débourser 75 millions $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer