Labeaume «surpris» du projet de loi sur Uber

«Je trouve qu'il ne faut pas penser éliminer... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Je trouve qu'il ne faut pas penser éliminer Uber. Et le projet de loi veut éliminer Uber. Je pense que c'est clair. Moi, je suis surpris, honnêtement», a réagi le maire de Québec Régis Labeaume en point de presse lundi.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Régis Labeaume est «surpris» de la teneur du projet de loi du ministre Jacques Daoust sur Uber. La pièce législative, dit-il, veut «éliminer» le controversé service de transport de personnes qui offre une solution de rechange.

«Je trouve qu'il ne faut pas penser éliminer Uber. Et le projet de loi veut éliminer Uber. Je pense que c'est clair. Moi, je suis surpris, honnêtement», a réagi le maire de Québec en point de presse lundi.

M. Labeaume s'est bien défendu lundi de changer d'avis, lui qui a toujours soutenu l'industrie du taxi. Il n'a pas non plus précisé la solution mitoyenne qu'il imaginerait pour continuer à favoriser la concurrence tout en réglementant Uber.

Mais rayer Uber de la carte enlève toutefois une forme de levier pour forcer les taxis à s'améliorer, a-t-il sous-entendu. Oui à appuyer les taxis, mais à condition que le service suive, dit le maire en substance.

Or, M. Labeaume dit avoir eu des échos que le service a été déficient au Centre Vidéotron lors de deux grands spectacles, ceux de Pearl Jam le 5 mai et Justin Bieber samedi.

«Ma position a toujours été qu'on va défendre les chauffeurs de taxi parce que ce sont des payeurs de taxes. Je veux défendre les chauffeurs sauf que quand il manque de taxis pour Pearl Jam ou pour Justin Bieber, je commence à être pas mal tanné», a-t-il lancé.

«Mais s'ils veulent que je continue à les défendre, il va falloir qu'ils fassent le travail. Quand on n'a pas assez de monde, on a l'air des colons, c'est extrêmement gênant.»

Le maire avait déjà fait une sortie semblable en décembre en reprochant le service à la sortie du Centre Vidéotron.

«J'ai dit : "Il va falloir que ça se fasse parce qu'on va appeler Uber." Peut-être que je ne pourrai pas avoir la flexibilité de dire ça dans l'avenir.»

Le maire entend transmettre ses doléances au président de Taxi-Coop, la plus importante flotte de véhicules à Québec, Abdallah Homsy.

Réplique des taxis

Du côté de Taxi-Coop, on a confirmé qu'un entretien téléphonique aura lieu mardi matin.

Mais déjà lundi soir, un propriétaire de taxi a tenu à donner sa version des faits dans un message envoyé au Soleil.

Selon Hicham Berouel, président de Taxi Lévis, près «de 130 taxis» étaient en attente samedi devant le Centre Vidéotron lors du spectacle de Justin Bieber. Le problème n'était pas le nombre de voitures disponibles, mais l'accès à l'amphithéâtre.

«Les taxis étaient obligés d'attendre dans les rues plus loin pour qu'une place se libère! [...] Le problème, c'était la congestion au coin du boulevard Hamel et de la rue de la Pointe-aux-Lièvres. Peu importe le nombre de taxis, il était impossible de retourner sur les lieux sans passer par le bouchon», raconte-t-il. «Si la police nous avait laissé un passage, on aurait été capable de se rendre plus facilement», poursuit M. Berouel.

Des taxis de la Rive-Sud, de Beauport et de Sainte-Foy avaient notamment été invités samedi à épauler le travail de ceux du secteur.  Avec Jean-Michel Genois Gagnon

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer